Chronique

Franklin Kiermyer

Further

Franklin Kiermyer (dms), Azar Lawrence (sax), Benito Gonzalez (p), Juini Booth (b).

Label / Distribution : Mobility Music

Plus coltranien que moi… Kiermyer ! Au-delà du jeu de mots facile, force est de constater que l’âme du saxophoniste plane de bout en bout sur un album dont l’esprit peut se résumer en quelques phrases-profession de foi : « Nous sommes comme des antennes qui captent l’énergie créative pour la conduire vers ce que nous appelons Musique de l’esprit » ; « Nous allons au-delà de la musique » ; « Cette musique est celle de l’âme et de l’esprit ». Le titre du disque lui-même, Further [1], son neuvième album en tant que leader, signifie « plus loin ». Quant à ceux des compositions, ils portent en eux une spiritualité cosmique qui évoque directement l’univers mental et artistique de John Coltrane : « Between Joy And Consequence », « Supplication », « Astrophysical ».

Franklin Kiermyer, Canadien né à Montréal mais vivant à Oslo après avoir habité New York dans les années 90, ne bénéficie pas d’une renommée excessive, c’est le moins qu’on puisse dire. Les faits d’armes de ce batteur épris de musiques à teneur spirituelle ne sont pas très nombreux, mais on se souvient de Solomon’s Daughter, enregistré en 1994 avec un certain Pharoah Sanders... compagnon de longue date de Coltrane et qui fut membre de son ultime formation. Belle référence. Azar Lawrence (saxophone) et Juini Booth (contrebasse), quant à eux, ont eu l’occasion de travailler avec McCoy Tyner (Enlightenment en 1973 et Atlantis en 1975), prouvant à la fois leur fidélité à l’idiome coltranien et leur engagement durable dans une démarche musicale intimement liée à un processus d’élévation personnelle. Le pianiste Benito Gonzalez, bien que plus jeune, n’en est pas moins connu pour la qualité de son trio ainsi que par ses collaborations avec Kenny Garrett, autre musicien dont on sait la fibre coltranienne. (Rappelons ici qu’il avait consacré son album Pursuance enregistré en 1995 à la musique de John Coltrane.)

Coltrane, donc, encore et toujours. Présent dans chaque note de Further, dont certains thèmes (ainsi, celui de son « Spiritual », ici sur « Between Joy And Consequence », présenté en deux versions, studio et live) surgissent des profondeurs des compositions, pour la plupart signées Kiermyer, et dont la tonalité générale évoque celle de l’année 1965, une période parsemée de joyaux tels que Sun Ship, Transition ou Meditations. Trois exemples parmi d’autres, tant cette période fut prolifique pour Coltrane. Exaltation du saxophone, ténor ou soprano, dont le chant amène au cri, piano hypnotique qui brille de mille feux, batterie déferlante comme si elle devait tout emporter, contrebasse à la fois discrète et omniprésente. Ce quatuor, assurément, à des allures de réincarnation d’un autre, qu’on n’est pas près d’oublier…

Par sa démarche presque religieuse, on pourrait penser qu’un tel disque conduise à une impasse : l’esthétique de la célébration colle si bien à celle de son inspirateur que l’auditeur peut être tenté de se tourner vers la matrice, l’original valant toujours mieux que la copie. Cela reste vrai ; pourtant, par sa ferveur et sa sincérité, par la vibration qui parcourt toute sa musique d’un intense frisson, le quartet impose le respect et hisse haut les couleurs d’un jazz dont on finit par ne plus savoir s’il appartient au passé ou s’il continue de vivre au présent. Non seulement Franklin Kiermyer est un batteur à la très forte présence, un technicien du foisonnement, mais il est entouré de musiciens qui parlent la même langue et partagent un même élan spirituel. Leur chant choral mérite l’attention : il prouve qu’à défaut de défricher des terres inconnues, l’esprit qui l’habite continue à produire des effets magnétiques, 47 ans après la mort de celui qu’il célèbre avec une foi inébranlable. La convergence est d’ailleurs facile à vérifier puisque Further est disponible en téléchargement gratuit sur le site de Kiermyer. A chacun de se faire une opinion et, pourquoi pas, de poursuivre l’expérience en se procurant ensuite ce disque habité.

par Denis Desassis // Publié le 1er septembre 2014

[1Mobility Music MMO 20131.