Chronique

J. Zorn / G. Lewis / B. Frisell

News For Lulu

John Zorn(sa), George Lewis (tb), Bill Frisell (gt él.)

Label / Distribution : Hat Hut

Cette année, Hat Hut Records nous fait un cadeau : la réédition d’un superbe disque devenu difficilement trouvable : News for Lulu.

Même si John Zorn est plus connu comme agitateur new-yorkais downtown que comme thuriféraire du hard bop, la connaissance et l’amour de cette musique ne font aucun doute chez ce jeune quinquagénaire (55 ans au 02/09/2008). On se souvient en effet qu’il a consacré tout un album en quartet aux compositions du pianiste Sonny Clark (Voodoo - The Sonny Clark Memorial Quartet).

Connaissance et amour du hard bop ne font pas plus défaut à George Lewis, membre de AACM (qui vient de publier une somme sur ce mouvement (A Power Stronger Than Itself), ni au guitariste Bill Frisell, qui rappelle ici qu’il a été l’un des rénovateurs de l’instrument (son jeu dynamique sur le volume correspond à un véritable souffle...). Mais l’hommage rendu ici par les trois musiciens à ceux qu’il est coutume d’appeler les « petits maîtres » (Kenny Dorham, Freddie Redd, Hank Mobley, Sonny Clark) prend une forme et une saveur particulières : l’instrumentation d’une extrême originalité - un trio saxophone, trombone, guitare… sans batterie (un comble pour explorer des compositions hard bop !) -, permet toutes les combinaisons et toutes les audaces. Les thèmes choisis, de véritables pépites oubliées, sortent eux aussi des sentiers (re)battus (« Funk in deep freeze », « KD’ motion », « Blue Minor I », « Sonny’s Crib », « Windmill »).

Cette originalité est mise au service d’un profond respect de la musique de leurs aînés. Il n’est pas question ici de « déconstruction », ni de parodie, d’ailleurs. Chacun des musiciens assure tour à tour la partie rythmique, l’harmonie ou le jeu en soliste, si bien que toutes les compositions, intégralement reconnaissables, tiennent toujours debout malgré l’extrême liberté prise par les exécutants. La notion d’« interplay » prend ainsi tout son sens. La question de la juste distance avec la tradition musicale trouve sur ce disque une réponse inédite et débordante de vie. Le risque et le plaisir se côtoient comme rarement, tant ces interprétations respirent la joie de jouer (dans tous les sens du terme). L’alto agile, acide et tranchant de Zorn associé aux riffs de Lewis et à la guitare funambule de Frisell donnent naissance à de purs joyaux dont la durée n’excède pas cinq minutes. Ce véritable tour de force réconciliera amateur de jazz « classique » et amoureux des chemins plus aventureux.

Voilà pour la musique ; maintenant quelques mots de la réédition en elle-même. Si l’on peut regretter la pochette originale et Louise Brooks (« Lulu » c’est elle !), le travail de remasterisation est intéressant. L’édition originelle ne souffrait d’aucun défaut majeur, mais le travail réalisé par Peter Pfister [1] accroît le relief et la dynamique des instruments en « séparant » un peu plus chaque voie. Cette réédition offre également un inédit, « Mélanie », enregistré live au Jazzfestival de Willisau (Suisse).
Comme le laissent présager les derniers titres du disque, enregistrés en concert [2], ces trois-là iront encore plus loin lors de leurs prestations en public... Aventure à suivre, donc, avec la réédition de More News For Lulu prévue pour 2009 !

par // Publié le 6 octobre 2008
P.-S. :


2008 (2ème édition) - 1988/93 pour l’édition originale.

[1Il était déjà l’ingénieur du son pour l’enregistrement du concert à Willisau.

[2Jazzfestival de Willisau toujours.