Chronique

Lionel Loueke

Gaïa

Lionel Loueke (g), Massimo Biolcati (b), Ferenc Németh (d)

Label / Distribution : Blue Note

La sortie d’un disque de Lionel Loueke est en soi un événement. Le guitariste compte aujourd’hui parmi les musiciens les plus ingénieux et, si on rappelle souvent son CV de sideman, auprès d’Herbie Hancock notamment, force est de constater que sa notoriété et la qualité de son jeu en font une référence à part entière.
C’est en trio, avec le bassiste Massimo Biolcati et le batteur Ferenc Németh, que Lionel Loueke sort ce Gaïa comme il avait déjà signé Gilfema en 2005. Et dès l’incipit, on est dans le bain : des rythmes qui affolent, se succèdent, se superposent... La guitare est quelquefois rugueuse comme dans « Sources of Love » qui rappelle quelque part le jeu de John Scofield. Mais c’est l’Afrique polyrythmique, le jazz, la fusion qui pointent leur nez. On trouve chacune de ces sources dans des morceaux aussi différents que « Wacko Loco », un solide morceau fait de riffs et de rock, le groovy « Sleepless Night » ou encore « Procession », un blues teinté de rock. Le disque se termine avec une reprise des Bee Gees, « How Deep is Your Love ? » du côté du funk et des Caraïbes.