Scènes

Présentation de presse du nouvel ONJ

Le 22 octobre 2008, à La Balance à Paris, avait lieu la soirée de présentation du nouvel Orchestre National de Jazz dont la direction artistique a été confiée à Daniel Yvinec.


Le 22 octobre 2008, à La Balance à Paris, avait lieu la soirée de présentation du nouvel Orchestre National de Jazz dont la direction artistique a été confiée à Daniel Yvinec.


Yvinec avait demandé à ses musiciens de présenter de courtes pièces, souvent improvisées, en petites formations, histoire d’apprendre à se connaître, puisque certains ne s’étaient encore jamais rencontrés. Ce n’était donc pas un ONJ, mais les prémisses de quelque chose dont personne n’a encore l’idée, pas même ses protagonistes. Dire que le spectacle fut prometteur serait insultant tant l’alliage fut somptueux et les alliances merveilleuses par la variété et la richesse des émotions prodiguées. Ce fut un des plus agréables moments de musique que j’aie passés depuis longtemps. En face de chaque séquence, j’ai griffonné un mot dans l’obscurité écarlate de la salle qui se prêtait parfaitement à la musique de chambre.

Ève Risser (relève la tête ou je n’arriverai jamais à te prendre en photo !) ouvre le bal au piano et au synthétiseur : invention.

Antonin Tri Hoang la rejoint au sax alto : frénésie.

Ça commence bien, puisque c’est grâce à ces deux-là que je me suis intéressé au projet d’Yvinec…

Guillaume Poncelet à la trompette et au piano joue avec le guitariste Pierre Perchaud : tendresse.

À peine remis d’un accident de scooter, Paul Brousseau pose sa béquille pour rejoindre claviers et batterie face au saxophoniste Matthieu Metzger : liberté.

Absent, Joce Mienniel a enregistré une vidéo projetée sur le mur, passant de la flûte aux effets vocaux « didgeridesques », à la guimbarde avec retour à la flûte basse tandis que Yoann Serra l’accompagne en différé sur ses fûts : démesure.

Le batteur est rejoint par le bassiste Sylvain Daniel et le guitariste Pierre Perchaud, puis par Rémi Dumoulin au soprano : j’allais écrire funky, j’opte pour puissance.

Surprise en forme de coda, la chanteuse Karen Lanaud est accompagnée par Sylvain Daniel et Antonin Tri Hoang : sensualité.

Si l’ONJ arrive à préserver ces états de grâce où souffle un vent de jeunesse salutaire, l’addition risque d’être joyeuse !