Chronique

Antoine Hervé

PMT QuarKtet

Antoine Hervé (p, Fender, synth), Véronique Wilmart (acousmatique, ord), Philippe Garcia (dms), Jean-Charles Richard (ss, bs).

Label / Distribution : Harmonia Mundi

PMT QuarKtet, c’est un peu l’histoire du Docteur Antoine et de Mister Hervé.

Le premier, pédagogue éclairé, écume les salles de concert pour raconter l’histoire du jazz à travers l’évocation de ses grandes figures. Sa complicité souriante avec le public, sa passion épanouie font mouche et ont abouti à la publication de plusieurs DVD qui témoignent avec justesse du plaisir partagé de ces moments. Les quatre premiers volumes de sa Leçon de jazz [1] mettent à l’honneur Antonio Carlos Jobim, Oscar Peterson, Wayne Shorter et Keith Jarrett. La réalisation, sobre, privilégie la connivence avec celui qui s’installe au poste de conférencier : Antoine Hervé explique, joue (accompagné par exemple des frères Moutin à la rythmique ou du saxophoniste Jean-Charles Richard) ; le clavier du piano apparaît en haut de l’écran dès qu’il entre en action, manière de rehausser le propos par une animation complice. Si l’on est musicien, on pourra décortiquer les doigtés ; sinon, on se laissera aller à admirer la grâce d’une gymnastique enchantée où l’humour affleure souvent. Ainsi lorsque le pianiste imite sa femme qui marche pour expliquer ce qu’est une walking bass, ou quand il s’arrache les cheveux devant l’architecture trop compliquée d’un saxophone soprano.

Le second, plus introspectif et expérimental, serait à sa manière un chercheur, une sorte d’enquêteur tenace qui interroge la musique et tente d’obtenir d’elle des réponses pertinentes. La biographie de cet éminent compositeur-arrangeur féru d’improvisation parle pour lui en montrant l’étendue de ses collaborations - qui incluent la direction de l’Orchestre National de Jazz à la fin des années 80 aux côtés des plus grands noms du jazz (Quincy Jones, Chet Baker, Carla Bley, Gil Evans... et bien d’autres). Ses sources d’inspiration vont d’ailleurs bien au-delà du jazz : elles passent par le rock, la musique classique, les musiques du monde... On pourrait définir Antoine Hervé comme un amoureux gourmand de toutes les musiques, guidé par une approche presque gastronomique de l’art.

Dans sa leçon consacrée à Wayne Shorter, il explique que le saxophoniste est un créateur d’univers, un artiste bien décidé à inventer sa propre musique. C’est ce désir d’innovation qui irrigue le passionnant disque du PMTQuarKtet [2], source de plaisirs multipliés au fil des écoutes et qui, jamais, ne se départissent de leur petit mystère originel et mutin.

Aux côtés d’Antoine Hervé, on retrouve l’impeccable Jean-Charles Richard [3], Philippe Garcia [4] à la batterie ; enfin, Véronique Wilmart, madame Hervé à la ville et collaboratrice privilégiée de longue date, est à... l’acousmatique. Acousmatique, qu’est-ce donc ? C’est au professeur Antoine qu’il faudrait poser la question, il y aurait matière à conférence ! En résumé, il s’agit de sculpter, transformer des matières sonores dans une démarche proche de celle de la musique dite « concrète » [5].

Véronique Wilmart, insatiable dompteuse de sons, architecte curieuse de constructions atmosphériques, co-signe avec Antoine Hervé toutes les compositions de ce disque tranquillement agitateur ; le pianiste qui, par sa présence à la fois constante et retenue, est un oxymore à lui tout seul en même temps que la colonne vertébrale du groupe, ne nous en voudra pas de souligner à quel point sa complice nourrit le muscle de ce disque par sa science de l’invention et de la perturbation, par ses trouvailles qui viennent bousculer l’agencement d’un jazz déjà riche de bien des couleurs. Elle est pourvoyeuse de climats sur lesquels les autres musiciens peuvent parvenir en toute sérénité à un épanouissement complet. Jean-Charles Richard, une fois de plus, est exemplaire ; c’est à croire que çà et là Wayne Shorter le guette avec bienveillance du coin de l’anche (son jeu sur « Parallèles », par exemple, évoque les recherches actuelles de Shorter). Quant à Philippe Garcia, qui met toute sa science de la fusion des styles au service de cette fabrique sonore, il joue la carte de l’impressionnisme en colorant l’espace plutôt qu’en le percutant.

Impossible de caser cette musique dans une catégorie bien précise : il y a du jazz, bien sûr, celui qui invente l’inattendu ; mais on pourra aussi se confronter ici à la musique sérielle (« Ministère des Loops »), là à une séquence teintée d’électro (« Transe n’Dance ») ou dub (« Dubbin’ High »), avec une dose de minimalisme improvisé presque planant (« Reflets »), romantique (« Canal Saint-Martin »), nostalgique (« Last Confidences ») ou au contraire nerveux (« Multitudes »). Là encore, un thème faussement désarticulé tout en ébullitions et ruptures (« Swim & Swing », « Tag »). Parfois on imagine un film urbain et frénétique (« Les triplettes de Barbès ») et pour tout dire, ces variations énigmatiques dessinent un monde très singulier, avec ce petit air de jamais entendu qui séduit instantanément. Les seize minutes introductives de « Parallèles », longue séquence sinueuse, donnent le ton d’un monde aux contours mouvants que ses heureux parents qualifient d’akousma-jazz, résultat d’une irradiation voulue comme hommage à Pierre et Marie Curie.

PMT QuarKtet est un disque riche, troublant, magnétique, une de ces pépites qu’on a envie de faire connaître. Indéfinissable certes, mais passionnant de bout en bout. A découvrir d’urgence : merci Mister Hervé… et n’oubliez pas de saluer le Docteur Antoine de notre part !

par Denis Desassis // Publié le 8 avril 2013

[1Publiés chez RV Productions, distribution Harmonia Mundi.

[2Pour « Pierre et Marie Tuerie », humour…

[3Faut-il ici redire tout le bien que nous pensons de Traces, son récent disque en trio, ou de sa contribution décisive à la Pulsion du batteur Christophe Marguet et sa « résistance poétique » ?

[4Lui-même éclectique, il s’est illustré au sein du Collectif Mu, dont un autre membre, le saxophoniste Gaël Horellou, est à ses côtés dans une Cosmik Connection très fusionnelle.

[5On pourra se reporter à la page Wikipedia consacrée à l’acousmatique et à la musique concrète.