Tribune

Du jazz, mais pas que...

Par Jacques Mahieux (UMJ)


Texte initialement paru dans la Lettre de l’Union des Musiciens de Jazz (Édito), mars 2008.

« Du jazz, mais pas que... »

Ah, l’ouverture... Quel joli faux nez pour ce qui n’est souvent que veulerie servile à l’égard des lois momentanées du marché, quel que soit le « produit » concerné (artiste, centriste, etc.)

Dans le cadre de la musique qui nous concerne, la bonne ville d’Hirson (02500), sise aux confins du département de l’Aisne, pas très loin des Ardennes Belges, vient de pousser le bouchon tellement loin qu’on ne voit même plus la ligne rouge...

Ayant été sollicité en tant qu’animateur (bénévole) d’une émission hebdomadaire de Jazz sur Canal FM, vaillante radio sise à Aulnoye-Aymeries, à portée d’ondes d’Hirson, la lecture de l’article promotionnel de la 5ème édition du festival « de jazz » (du 26 au 29 mars) ne fut pas sans me plonger dans un abîme de perplexité où l’hilarité le disputait à l’envie de vomir...

Qu’on en juge : environ 30% de jazz dans la programmation, à savoir David Linx et Didier Lockwood, par ailleurs « parrain » revendiqué par les organisateurs, mais estimé sans doute pas assez vendeur pour que sa photo figure dans l’article sus-mentionné. Pour le reste, MC Solaar, (avec photo), Lââm (avec photo) et Nilda Fernandez (sans photo, trop has been ?), tous et toutes redoutables pourvoyeurs de jazzitude, comme chacun sait, sans oublier l’inévitable groupe de salsa pour le côté « festif et obligatoire »... (Y’a du jazz à Vic-Fezensac ?)

Ayant la faiblesse de persister à croire que les mots ont encore un sens, qu’un torchon n’est pas une serviette, la gauche pas la droite, et Nilda Fernandez pas un jazzman, je pense qu’il serait grand temps de s’interroger sur le pourcentage de variétoches au-delà duquel un « festival » autoproclamé « de jazz » sombre, au choix, dans la publicité mensongère, l’usurpation d’identité ou l’escroquerie « intellectuelle »...

L’identité musicale, ça existe et ça se défend aussi, surtout lorsqu’en l’occurence elle se rit des frontières, des races et des religions... Laissons si possible le soin de « faire du chiffre » à notre dévoué Ministre des expulsions... Plus encore que les restrictions budgétaires et l’inculture arrogante érigée en principe de gouvernement, le jazz crévera par dilution dans le marécage des médiocrités « actuelles », si personne ne réagit...

PS : Au cours des précédentes éditions hirsonnesques, Le Grand Orchestre du Splendid, Guy Marchand, Flobard (groupe de rock du Nord), Kassav, Chico & les gypsies (trop intello le jazz manouche ?), se sont entre autres retrouvés jazzmen... A quand le Bigard Big Bande (humour...), Barbelivien sings standards et Mireille Mathieu chante Bessie Smith ?


Les news (à consulter sur le site :

Bienvenue aux nouveaux administrateurs ! Les adhérents de l’UMJ ont procédé au renouvellement d’un tiers de leur Conseil d’Administration...

AGEND’JAZZ
26 mars au Triton, le SPOUMJ improvise sur le thème de mai 68...

INFO’JAZZ / MASTER’JAZZ
29/30 mars : Soundpainting avec François Jeanneau et Walter Thompson, il reste quelques places...

etc...