Entretien

James Hurt

le vampire de New York

A l’allure d’éternel adolescent, James Hurt est un pianiste au jeu où prédomine l’aspect rythmique. Oiseau de nuit, il nous a accordé une interview à deux heures du matin, après un concert avec Abraham Burton au festival de Vienne se terminant dans la douceur de la ballade, “Darn that dream”. James Hurt resta discret sur son âge mais après enquête nous savons qu’il est né le 8 mai 1968.

- Est-ce votre premier concert en France ?

Non, j’ai fait ma première tournée en France avec Antonio Hart (sax), Nasheet Waits (batterie), Darryl Hall (voc). J’ai fait récemment une tournée avec la tromboniste Sarah Morrow. En fait, elle est américaine mais elle vit à Paris. Nous nous sommes produits en France pendant tout le mois de mai. C’était comme si je découvrais la France pour la première fois, l’Est, l’Ouest, le Nord et le Sud. La France est magnifique. Et bien sûr, avec Abraham (Burton, sax), nous venons juste de commencer une tournée en France. Normalement nous voyageons en Europe et l’Europe de l’Est. Avec ce goupe, nous nous produisons pour la première fois en France et en Italie.

- Avez-vous joué à Paris avec Sarah ?

Nous sommes partis de Paris. Nous avons répété à Paris, près du New Morning. La porte de notre établissement était la suivante après celle du New Morning. Ce grand studio où tout le monde répète. Nous sommes allés partout sauf à Paris.

- Vous jouez avec Antonio Hart sur votre dernier CD ?

Oui, ce disque est une combinaison de plusieurs choses : j’ai fait une séance d’enregistrement pour Blue Note en 1997 avant de réaliser l’album en entier. Antonio interprétait un morceau. Ils l’ont beaucoup aimé, donc nous l’avons utilisé. Elizabeth Kontomanou (chant) avait également enregistré un morceau. Il nous a plu. Et d’autres musiciens comme Russell Gunn (tp), Sherman Irby (sax), Greg Tardy (sax) et Robin Eubanks (tb) ont enregistré ma composition “Venus”. Nous l’avons donc inclue dans cet album, “Dark Grooves/Mystical Rhythms”réalisé par un autre groupe de musiciens : Ari Hoenig (batterie), François Moutin (cb), Jacques Schwartz-Bart (sax) et moi-même. Ce quartette représente le “Dark Grooves”.

- Où avez-vous découvert ces musiciens : Ari Hoenig, François Moutin, Jacques Schwartz-Bart ?

Nous habitons New York et la plupart du temps je vis comme un vampire. Je ne dors pas beaucoup. J’étais dehors et j’ai entendu quelque chose : “Oh, quel est ce son ?”. C’était joli. Je découvrais François. “D’où viens-tu ?” “François, je suis français !” (rires) Je lui ai répondu : “J’espère que nous ferons de la musique ensemble”. Je l’ai revu peut-être deux ou trois ans plus tard : “Essayons de répéter ensemble !”. Nous avons eu une répétition et j’ai évidemment rencontré Ari Hoenig. Il joue dans des endroits comme le “Smalls” à New York où il y a des boeufs chaque nuit de 2 heures à 8 heures du matin. Vous y rencontrez beaucoup de monde. J’y ai également fait la connaissance de Jacques Schwartz-Bart. Nous avons commencé à répéter. C’est là qu’est venue l’idée de l’album. J’aime vraiment l’alchimie qui passe entre Ari, François Jacques, et moi-même. C’est joli.

- Vous avez appris la batterie avant le piano ?

Oui, je suis allé dans une école de musique au lycée. J’étais percussionniste. J’ai appris à jouer des timbales, des tambours, de la batterie, des marimbas, en fanfare, des percussions comme la grosse caisse, les cymbales. L’étude de l’harmonie m’a amené au piano pour y étudier l’harmonie, la théorie, la composition et l’orchestration. Cela m’aide actuellement. Mais ce qui m’a réellement aidé, c’est un de mes bons amis, un ami de ma famille, Phineas Newborn Junior. Cet excellent pianiste était un ami de ma mère. Elle le logeait à la maison quand j’étais petit. Il est le pianiste qui m’a le plus inspiré.

- Quand vous parlez d’harmonie, s’agit-il de l’harmonie classique ou de jazz ?

Je pense que l’harmonie est l’harmonie. Certaines personnes pensent que l’harmonie est séparée de celle du jazz, du blues, de la musique country. J’ai étudié les bases de l’harmonie et elles m’ont aidé à jouer plus d’un type de musique. Étant de Memphis, j’ai joué du blues, de la musique funk, du jazz. J’ai habité pendant huit ans à Nashville. J’y ai joué de la musique country. L’harmonie est la fondation de base me permettant de jouer plusieurs styles de musique.

- Maintenant, habitez-vous New York ?

Oui. Et j’aime New York. J’habite cette ville depuis assez longtemps, cinq, non, six ans. J’ai déménagé à New York en 1994 mais j’ai visité la ville pour la première fois en 93. Il y a tant de choses là-bas, je suis rentré à la maison et je parlais à ma mère. Elle m’a demandé : “Comment c’était New York ?” parce que je n’en avais rien raconté. J’ai répondu : “Oh, c’est pas mal, je vais y déménager dans deux semaines”. Je suis donc parti de chez moi pour New York. Mais j’ai quitté ma maison avec un sac pour y arriver et m’y installer. J’ai vécu avec de formidables musiciens comme Russell Gunn, un excellent compositeur et trompettiste ayant son groupe. J’ai joué avec lui. J’ai véritablement habité avec Steve Kirby, le contrebassiste d’Elvin Jones en ce moment, quand je suis arrivé à New York. Ils m’ont aidé, je les aime beaucoup.


Discographie :

  • Jay Collins, Reality Tonic, 1996 , Reservoir 142
  • Russell Gunn, Gunn Fu, 1997, High Note 7003
  • Antonio Hart, Here I Stand, 1997, GRP 208
  • Sherman Irby, Full Circle, 1997, Blue Note 52251
  • Russell Gunn, Young Gunn Plus, 1998, 32 Jazz 32078
  • Sherman Irby, Big Mama’s Biscuits, 1998, Blue Note 56234
  • Artistes divers, Latin on Impulse, 1998, GRP 263
  • Abbey Lincoln, Wholly Earth, 1999, Polygram 559538
  • Jeffery Smith, Down Here Below, 1999, Polygram 547273
  • James Hurt, Dark Grooves - Mystical Rhythms, 1999, Blue Note 95104
  • Artistes divers, Jazz That’s Easy, 1999, High Note 6001
  • Artistes divers, Essential Young Lions, Vol. 2 , 1999, Hip-O 547897
  • Artistes divers, Jazz for Those Peaceful Moments, 1999, 32 Jazz 32152
  • Arkadia Jazz All-Stars, Thank You, Duke ! Our Tribute To Ellington, 1999, Arkadia Jazz 70003
  • Gregory Tardy, Hidden Light, 2000 , JCurve 1009
  • Abraham Burton, Cause & Effect, 2000, Enja 9377
  • Mac Gollehon Smokin’ Section, In the Spirit of Fats Navarro, 2000, Half Note 4206