Scènes

Un nouveau lieu à Lyon

Lieu musical basé à Lyon-Gerland, le Ninkasi fabriquait déjà son propre pain et sa propre bière. Il compte désormais fabriquer whisky et vodka et essaimer ses « antennes » en Rhône-Alpes. Premières destinations, Lyon- La Croix-Rousse, Tarare, Bourg-en-Bresse et Bourgoin-Jallieu


Le Ninkasi, pôle de loisirs lyonnais mêlant musique (surtout), restauration, expositions et fabrication de bières, va investir 5 millions d’euros durant les mois qui viennent dans une transformation progressive de l’ensemble du site qu’il occupe dans le quartier de Gerland.

A l’origine de cette transformation, le déménagement de sa « brasserie », qui occupait la partie centrale du site à Tarare où ses capacités de production vont être largement augmentées. Profitant de l’espace libéré, les travaux réalisés à Gerland (conduits par les architectes attitrés du Ninkasi Philippe Delers et Cyril Allanic) prévoient à la fois l’agrandissement de la salle de spectacles (le Kao) qui passera de 580 à 720 places (debout) et à 280 places en configuration assise et la création à la fois d’un nouvel espace dédié aux images numériques et de deux autres espaces annexes (vestiaire, boutique). Par ailleurs, sont prévus de nombreux autres aménagements : terrasse au sommet (300 m2), partie administrative repensée, cuisine centrale recomposée etc….Selon Christophe Fargier, directeur du groupe Ninkasi, ces travaux, d’une durée de 18 mois, seront menés sans fermeture du site ni interruption des programmations (démarrage du chantier en avril 2012 ; fin en septembre 2013).


JPEG - 32.4 ko

Par ailleurs, la brasserie va être délocalisée à Tarare et sera installée sur le site des Teintureries de Turdine, vaste ensemble industriel tombé en déshérence et qui fait désormais l’objet d’une vaste réhabilitation menée par la ville. Le Ninkasi installera sur 1 600 m2 sa nouvelle brasserie qui disposera d’une capacité de 18 000 HL/an (au lieu de 4 500HL actuellement). Sera développée également une distillerie capable de fabriquer un whisky Ninkasi, voire une vodka du même label (400 HL/an de capacité de production). Sa mise en service est prévue en fin 2012. Par ailleurs, sera créé un nouveau « lieu de vie » (restaurant/showroom/scène musicale) permettant d’organiser des concerts et autres animations culturelles dans cette commune. Le projet (réalisé par l’agence Vurpas et Associés Architectes) prévoit un investissement de 2,5 millions, dont 1,9 million pour la brasserie, 300 000 euros pour la distillerie et 250 000 euros pour le Ninkasi Tarare. La ville de Tarare est partie prenante du projet : c’est elle d’ailleurs qui a eu l’idée, dans le cadre d’un Pôle d’Excellence Rural, de restaurer ces teintureries qui accueilleront également l’antenne de la CCI de Lyon et de la Chambre des Métiers et l’antenne locale du journal Le Progrès. Thomas Chadoeuf-Hoebcke, le maire de Tarare, très actif sur ce dossier, compte bien, avec ce dossier, tourner la page (douloureuse) de la crise du textile qui a frappé de plein fouet cette région.

Ces projets doivent notamment redonner au Ninkasi Gerland l’espace qui lui manque de plus en plus, en raison de la hausse de fréquentation. En 2010 le chiffre d’affaires du groupe Ninkasi a connu une nouvelle progression de 21,75%, pour s’inscrire à 7,6 millions d’euros, dont 4 millions pour le seul établissement de Gerland (+22%). Pour l’exercice en cours (clôture fin septembre), le CA devrait progresser de 13%. Outre huit emplois créés sur l’exercice précédent, le groupe prévoit d’embaucher 16 emplois sur la région lyonnaise et 20 autres sur trois ans à Tarare.


JPEG - 48.8 ko

Par ailleurs, le groupe Ninkasi compte essaimer en Rhône Alpes courant 2011 : à Lyon, un nouveau site devrait voir le jour, de préférence à la Croix-Rousse, et d’autres apparaître d’abord à Bourg-en-Bresse et à Bourgoin-Jallieu. Toutefois, Christophe Farguier prévoit que pour que une telle « exportation » de l’approche Ninkasi réussisse, un an de formation du personnel sera nécessaire sur le site de Gerland. « On a prévu un management fondé sur la formation, l’implication des gens, la qualité du dialogue et une vraie foi dans les individus. Celui qui ne respectera pas cela perdra l’enseigne » expliquait-il il y a quelques jours lors de la présentation de son projet.