Scènes

Au jazz pour l’éternité

Hot Club de Lyon : 1948-2008. Le caveau de la rue Lanterne fête ses 60 ans, le temps d’un festival en nocturne qui démarre le 19 septembre. Pas de doute : le repaire qui a tant et tant accueilli de musiciens, petits ou grands, se porte comme un charme…


Hot Club de Lyon : 1948-2008. Le caveau de la rue Lanterne fête ses 60 ans, le temps d’un festival en nocturne qui démarre le 19 septembre. Pas de doute : le repaire qui a tant et tant accueilli de musiciens, petits ou grands, se porte comme un charme…

Allons-y progressivement.
Le décor d’abord.
Le Hot est une cave à malices à double sortie, perdue au cœur de la ville, à quelques mètres du Musée des Beaux-Arts. Côté Saône, on y est, modestement, en rez-de-chaussée. En revanche, côté rue Lanterne, vieille rue à putes du Lyon ancien, on s’y retrouve au deuxième sous-sol. Une porte encore et l’on arrive à cette cave en vieilles pierres, isolée du monde, de leur monde, façon bunker de tous les délices.
Vous comprenez mieux alors l’atmosphère du Hot ? Lieu permissif au possible. Le comptoir en stand de tir, dans une première alcôve, encore sage. La scène dans la seconde. Le sein des saints. Si petit. Entre soi. Avec tous. Jouez, on s’occupe du reste. Plus d’heures. Plus de nuit. Juste la musique, ceux qui la servent, qui la « croient ».

Ici, sur cette scène de peu, mangée à moitié par le Yamaha quart de queue (changé cette année), ont joué, chanté, battu, swingué, répété, calibré, chanté, enchanté des centaines, des milliers de musiciens. Des couches et des couches de souvenirs…. Exemple Chet Baker : « Ce soir-là, il n’allait pas. Il est reparti à son hôtel pour y faire… Pas besoin de te faire un dessin. Quand il est revenu, il s’est mis à chanter durant une partie de la nuit, assis au milieu des spectateurs » se souvenait Raoul Bruckert, en 1988, quand le Hot préparait son 40ème anniversaire, et que nous le pressions, lui, l’inspirateur du lieu, de nous raconter « son » Hot Club.

Le Hot a aujourd’hui 60 ans. Comptez sur vos doigts : 60 ans à distiller jour après jour, du mardi au samedi, des concerts à portée de main, tous jazz acceptés. Quels que soient l’affluence, le style, le jour, la formation, le répertoire. Une véritable permanence musicale. Sans jamais perdre de vue qu’un jazzeux conquis, c’est forcément un peu plus d’impro, d’aléatoire rebelle dans un monde qui ne supporte plus que la ligne droite.

En 60 ans, le Hot a connu des hauts et des bas. Vous vous en doutez. Causes multiples : des déménagements. Des soirées perdues, vides. Parfois les plus belles. Des amis partis ou perdus de vue. Des schismes. Aussi des tournées de bar un peu trop généreuses, mettant les comptes à mal. Mais on n’a rien sans rien, surtout au Hot où, sauf exception, les musiciens, même professionnels, viennent jouer pour « rien » ; donc pour tout le reste.

Mais le Hot est beaucoup plus qu’une simple cave musicale à double fond s’animant à 21Hh0 (sur le papier) jusqu’à plus soif, au gré de l’inspiration des musiciens. Entre les jam-sessions du samedi après-midi, les expos, Jazz Notes, revue consacrée au jazz régional, voulue et relancée par Raoul Bruckert, les concerts exceptionnels, les invités de fin de nuit, les CD nés ou fomentés chez lui, le Hot Club se révèle un lieu multiple, faussement bordélique, accueillant, œcuménique. « Dans le temps, un musicien de jazz jouait à Paris, à Lyon ou à Marseille, expliquait encore Raoul, un soir, entre deux sets des Happy Stompers dont il était l’un des sax-piliers. Souvent, ils restaient ici quatre ou cinq jours et du coup, ils faisaient le bœuf quatre ou cinq jours. Maintenant, c’est fini, dès le lendemain ils repartent jouer dans une autre ville ». On s’explique mieux « les bœufs invraisemblables de dans le temps », ou ces livres d’or paraphés par Coltrane, Miles Davis et tous les autres. Regrets de Raoul qui se souvenait de Sydney Bechet jouant les pieds dans l’eau, de Coleman Hawkins ou de Don Byas, qui venait souvent à Lyon voir sa « petite copine ». « C’est vrai que si j’avais pu enregistrer tout ce qui s’est passé au Hot, on aurait des fortunes. Car il y a eu, ici, des moments magiques. T’entends… ? Magiques ! »

Mais pas de nostalgie à avoir. Pour la 60ème année consécutive, cas unique, le Hot Club, sentinelle du jazz, rouvre ses portes, le temps de distiller, d’ici juin prochain, plus de 200 concerts « live ».
Chapeau.


  • Vendredi 19 septembre
    21h30 - 7/9 euros
    STEPHANE MOUTOT TRIO
    Originaire de Villefontaine, le saxophoniste Stéphane Moutot a étudié quatre ans à la New School University de New-York, où il a fondé le quintet The Flail. Il a également été lauréat des bourses Lavoisier et Fullbright.
  • Samedi 20 septembre
    21h30 - 7/9 euros
    DAVID BRESSAT TRIO – French Connection (sortie d’album)
    Pianiste incontournable de la nouvelle génération lyonnaise, fondateur du Collectif Polycarpe et du Périscope, David Bressat présente son nouvel album acoustique, French Connection.
    Avec Charles Clayette (batterie) et Florent Nisse (contrebasse).
  • Mardi 23 septembre
    21h - 7/9 euros
    JEAN-CHARLES DEMICHEL TRIO (Bop)
    Ce médecin et pianiste lyonnais a découvert le jazz lors d’un concert de Lionel Hampton pour le Hot Club, au début des années 50. Il est l’une des mémoires du club et réunit son trio quelques fois dans l’année pour le plus grand plaisir des habitués.
    Avec Stéphane Rivero (contrebasse) et Cédric Perrot (batterie).
  • Mercredi 24 septembre
    21h. 7/9 euros
    HAPPY STOMPERS BIG BAND (New Orleans – Swing)
    Le big-band (18 musiciens) du contrebassiste Jacky Boyadjian perpétue la tradition des standards New-Orleans et Swing de Duke Ellington, Count Basie et Lionel Hampton.
  • Jeudi 25 septembre
    Sur invitation. En partenariat avec les 20 ans du Chèque Culture.
    HOT CLUB ALL STARS – New Orleans
    GIPSY GROOVE GANG - Jazz Manouche
  • Vendredi 26 septembre
    21h30 - 10 & 15 euros
    WILLIAM CHABBEY & DAVID SAUZAY Quintet
    A l’occasion de la sortie de l’album At Home (Aphrodite Records). Un quintet de classe autour du guitariste William Chabbey et du ténor lyonnais David Sauzay, avec Fabien Mary (tp), Fabien Marcoz (cb) et Mourad Benhamou (dms)
  • Samedi 27 septembre
    Salle Molière, quai de Bondy, Lyon 5e.
    20h – 12/18 euros. Réservation FNAC.
    JEFF & JOËL SICARD duo
    RICHARD GALLIANO solo
    Round midnight : After Hours au Hot Club
    Un invité prestigieux, dans le très beau théâtre à l’italienne qu’est la salle Molière : l’accordéoniste virtuose Richard Galliano, compagnon de musique de Claude Nougaro, Barbara, Astor Piazzola, Chet Baker, Ron Carter, Aldo Romano, Daniel Humair, Pierre Michelot, Michel Portal ou Bireli Lagrène… Un concert solo extraordinaire, à l’image de son live enregistré à Pérouse en Italie (Dreyfus jazz, 1999). En ouverture, Jeff et Joël Sicard proposent un duo jazz (saxophone / piano) d’inspiration classique et africaine.
  • Dimanche 28 septembre
    20h – 10 euros
    JOSEF BILEK E-JAZZ EXPERIENCE (création)
    + DJ ELECTROSEX
    Ambiance Electro-Jazz avec cinq instrumentistes réunis par le DJ Josef Bilek autour d’un répertoire original créé au Hot Club. Fin de soirée dansante avec le chantre lyonnais de la black music, DJ Electrosex.
  • Lundi 29 septembre
    La Cour des Loges, rue du Bœuf, Lyon 5e.
    De 19h à 22h – entrée libre
    GIPSY GROOVE GANG (jazz manouche) - JACKY BOYADJIAN (cb) & J.-M. ‘Chapeau’ MONNEZ (p) duo - TANTE AGATHE (country) - WHAT’S UP DOCS (Swing)
    Les musiciens du Hot envahissent la Cour des Loges pour une soirée gratuite.
  • Mardi 30 septembre
    21h – 7/9 euros
    PATRICK MARADAN quartet (hard-bop)
    Quatre musiciens résidents du Hot Club autour d’un répertoire Hard-Bop avec Patrick Maradan (cb), Olivier Truchot (p), Jon Boutellier (sax) et Romain Sarron (dms).
  • Mercredi 1er octobre
    HOMMAGE A RAOUL BRUCKERT
  • 20h, galerie L’œil écoute (3 quai R. Rolland, Lyon 5e) - Entrée libre
    Vernissage : exposition consacrée à son œuvre picturale.
  • 22h, Hot Club (26 rue Lanterne, Lyon 1er) – 7 / 9 euros. Hommage à sa musique par les musiciens résidents du Hot Club.

Hot Club de Lyon
26 rue Lanterne
Lyon 1er
04 78 30 96 67
info@hotclubjazz.com