Entretien

Aymeric Avice, chamanisme et pomme-vapeur

Parmi les musiciens marquants des collectifs pluridisciplinaires qui ont éclos dans la première décennie des années 2000, le trompettiste Aymeric Avice est certainement l’un des plus attachants. Membre de Radiation 10, il est surtout l’un des architectes de Jean-Louis, power trio marqué par le punk et le metal, qui reste une référence bien au-delà des frontières de l’Hexagone. Parfois en marge des circuits traditionnels, Avice continue toujours à affirmer son idée et à aller chercher une forme de transe électrique et moderne, comme avec Pomme de Terre, ce nouveau trio qu’il partage avec Julien Desprez et Etienne Ziemniak. Rencontre avec un musicien attachant et entier.

- Aymeric, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 39 ans, j’ai grandi sur une colline sauvage face à la mer, sur la terre de mes ancêtres, dans une famille de mélomanes. Mon père joue de la guitare et ma mère jouait du piano. J’ai commencé la trompette à l’école de musique de Cherbourg quand mes dents définitives sont sorties, vers 6 ans.

Vers l’âge de 10 ans j’ai été initié au jazz par ma grande soeur Hélène, contrebassiste, de 8 ans mon aînée. Elle m’emmenait jouer des standards avec des adultes, loin de l’école et j’ai découvert grâce à eux les joies du rythme et de l’improvisation à plusieurs, une liberté interdite en musique classique. Dès lors, le jazz est devenu une obsession, je voulais percer le secret. Suite au décès de ma mère, à 15 ans je revends une trompette gagnée lors d’un concours de musique classique et j’achète une batterie.

Aymeric Avice

En 1999, âgé de 17 ans, j’atterris à Pigalle, non loin du Studio des Islettes, club super roots à l’ancienne tenu par Patrick, où je passe mes soirées à bœuffer. Très rapidement j’y rencontre le batteur Francesco Pastacaldi qui débarque de Toscane, avec qui je n’ai cessé de joué depuis, Sunny Murray qui m’initie au free par accident, et Rasul Siddik qui devient mon mentor. Je hante les rues de Paris, ma trompette sur le dos, rencontre des gens de partout et ne rate pas une occasion de jouer. J’intègre le CNSNDP en 2003 et y fait des rencontres capitales, de jeunes musiciens de mon âge amoureux du jazz et plein d’énergie. Je commence peu à peu à m’intéresser au free jazz puis à toutes les musiques, ethniques notamment.

- Il y a quelques années, vous étiez reconnu pour deux orchestres qui ont marqué les esprits, Jean-Louis et Radiation 10. Parlons d’abord de Radiation 10. Avec le recul, comment jugez-vous cette expérience en grand format ?

C’était un super groupe de copains, on était porté par une énergie en commun au sortir du conservatoire. On a réussi à avoir un son reconnaissable bien que les compos aient été écrites par tout le monde. C’était un labo et on essayait de composer collectivement, ce qui est une performance car ça nécessite de répéter souvent, de discuter beaucoup. Mais ainsi chacun pouvait inventer sa partition. Une utopie qui a quand même duré presque 10 ans.. J’en garde des souvenirs impérissables, et des amitiés éternelles.

- Vous êtes resté très proche de musiciens de Radiation 10. On le constate avec Julien Desprez, mais aussi avec Bruno Ruder. Pouvez-vous nous parler de votre collaboration ?

Ça fait 20 ans qu’on se connaît, qu’on s’apprécie et qu’on joue ensemble. Autant dire qu’ils sont comme des frères pour moi. Chacun dans une esthétique bien tranchée. Julien en poussant les limites de la Noise et Bruno les limites de l’harmonie. J’ai comme de la télépathie avec eux, et on explore ensemble avec une certaine extase à chaque fois. Je les admire chacun dans leur style.

- C’est quelque chose qui ne vous quitte pas, les grands ensembles : on vous a entendu avec La Campagnie des Musiques à Ouïr et avant le COVID, dans une version agrandie de Novembre. Est-ce aussi une conception libertaire de la musique ?

J’aime jouer avec les autres : c’est la base de la musique pour moi, en petites ou grandes formations. Les musiciens qui me connaissent le savent et m’appellent des fois pour venir jouer dans leurs orchestres. J’ai soif de diversité, d’expérience et d’orchestrations variées. C’est ma conception de la liberté, de ne pas me mettre moi-même dans une boîte bien étiquetée, et rester ouvert à toute proposition.

- Jean-Louis a été l’un des fers de lance et des précurseurs du grand retour des power trios à l’esthétique punk. Comment expliquez-vous cette dynamique qui s’est installée dans le jazz contemporain ?

On a décidé de créer Jean Louis avec Francesco Pastacaldi et Joachim Florent pour se faire plaisir et faire plaisir à nos potes. On était influencés par la musique indienne, des groupes comme ZU ou Meshuggah, tout en restant dans un feeling jazz, je trouve, avec beaucoup d’impro assez modales et sur des grilles rythmiques complexes, ce qui changeait des grilles harmoniques.

J’ai soif de diversité, d’expérience et d’orchestrations variées. C’est ma conception de la liberté, de ne pas me mettre moi-même dans une boîte bien étiquetée.

Jean-Louis a existé pendant 15 ans ; jamais aucune maison de disque ou label ou tourneur ne nous a sollicités, nous avons par conséquent creusé notre sillon nous même, joués dans des lieux à l’esprit ouvert, dans quelques festivals de jazz aventureux aussi - il en reste encore quelques-uns -, auto-produit nos disques. Jamais passés sur France Musique par exemple…

La BBC nous a invité à jouer en live assez rapidement, elle... Et puis petit à petit les oreilles des gens ont commencé à s’habituer, et à apprécier j’imagine, et d’autres musiciens sensibles à notre démarche esthétique nous ont imités, ainsi soit-il.

Aymeric Avice

- Qu’est-ce que la vogue des collectifs et du DIY a changé dans le jazz et les musiques improvisées ?

Les jeunes musiciens étant invisibles, inconnus, ne jouant plus du jazz traditionnel, ils se sont organisés et ont tâché de faire diffuser leur musique par leurs propre moyens, notamment avec le développement d’internet qui début 2000 n’en était qu’à son balbutiement.

- C’est une dynamique que vous perpétuez avec Pomme de Terre, en compagnie de Julien Desprez et Etienne Ziemniak. Pouvez-vous nous parler de cet orchestre ?

Oui c’est un trio de musique improvisée, axé sur la noise et la transe rythmique et psychédélique. Étienne et Julien ont une énergie incroyable et une grande culture des musiques ; tout est possible et ouvert à l’inconnu. J’adore l’impro mais j’ai trop souvent entendu de concepts minimalistes où les musiciens s’interdisent - je ne comprends pas pourquoi - le rythme, les notes, et ne se concentrent que sur les textures. Moi je n’aime rien m’interdire, j’aime les textures c’est clair, mais j’adore le rythme également. Je veux proposer aux auditeurs de la pure improvisation et une transe vertigineuse, sans barrières, parce qu’ils le valent bien

J’ai appelé ce groupe Pomme de Terre, car c’est devenu la base de notre alimentation, importée des États-Unis comme le jazz, et je suis un amoureux du vivant, de la nature en général. Les gens mangent des patates et n’y accordent aucune importance, alors qu’elles sont vitales. J’ai voulu lui rendre hommage, comme un retour à la base, aux fondamentaux oubliés. Et Ziemniak signifie pomme de terre en polonais, je rends donc aussi hommage au batteur du groupe, qui est extraordinaire.

Aymeric Avice

- Vous avez électrifié votre trompette dans Jean-Louis, notamment. A part des électrocutions, que retenez-vous de cette expérience ?

Au départ le fait d’électrifier la trompette servait à me soutenir et ainsi pouvoir jouer (très) fort pendant très longtemps. L’instrumentarium relève aussi de la performance. Trompette / Contrebasse / Batterie... La trompette est un instrument très physique, difficile et habituellement le trompettiste ne joue pas pendant tout un concert sans se reposer de longs moments, en jazz comme en musique classique. Et puis assez rapidement, j’ai commencé à jouer avec les larsens, puis à m’équiper de pédales de guitares, et à transformer le son de sorte qu’on ne le reconnaisse plus certaines fois. Avec Joachim Florent on pouvait intervertir les rôles : je tenais la basse et lui développait des mélodies, c’était très drôle et assez inédit. Avec Pomme de Terre je continue dans la même veine.

- Vous faites le choix de vous tenir en marge de la communication habituelle sur Pomme de Terre, pas de disques notamment. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Si, j’ai envie de sortir un album, enregistré en live et dématérialisé, sur le net. La production d’un cd est assez coûteuse et je n’en ai pas les moyens. Je suis à la recherche d’un label et d’un tourneur..

- Globalement, quel est votre rapport à l’industrie, ou même simplement aux schémas de diffusion musicale actuels ? Vous avez notamment, par le passé, été dans les sélections Jazz Migration.

Un rapport assez distant : je constate que rares sont les programmateurs qui prennent des risques en programmant de la musique nouvelle. Ce sont des boîtes de production qui leur donnent un catalogue dans lequel ils choisissent, et ce sont donc souvent les mêmes qui jouent et qui sont mis en avant, aussi dans la presse spécialisée qui participe à ce schéma bien connu.

Aymeric Avice

- Quelles sont vos influences musicales ?

Il y en a tellement... du jazz du trash, les Pygmées, les aborigènes d’Australie, musique contemporaine… dur de donner des noms. Allez... Fred Frith, la bande à Zorn, Monk, Coltrane, ZU, NOMEANSNO, Jon Hassell et Roy Hargrove qui m’a traumatisé par la puissance de son son à l’adolescence, The Flying Luttenbachers, et tous les musiciens avec qui j’ai pu jouer dans ma vie.

- Quels sont vos projets à venir ?

J’aimerais monter un groupe un peu balaise, genre sextet, et composer des morceaux de transe, car c’est mon truc... le chamanisme des temps modernes.