Chronique

Gabriela Friedli Trio

Started

Gabriela Friedli (p), Daniel Studer (b), Dieter Ulrich (dms)

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

Figure de la scène helvète et fondatrice du quartet Objets Trouvés, où l’accompagnaient notamment le saxophoniste Co Streiff et le batteur Dieter Ulrich que l’on retrouve ici, Gabriela Friedli est une pianiste d’instinct. Son jeu navigue entre musiques improvisées et musique contemporaine, en essayant de rendre ces considérations les plus poreuses possibles. Avec le contrebassiste Daniel Studer, autre artiste renommé de la scène zurichoise, elle propose une conversation complice. Ces trois-là se connaissent et jouent ensemble depuis toujours, l’évidence est frappante avec « Interludio » où chacun semble jouer une partie d’un puzzle fragmenté qui devient peu à peu harmonieux.

Leur conception égalitaire du trio, déclinée à l’infini dans un morceau comme « Drei in Eins », s’attache surtout à densifier un propos par ailleurs très concis où la pulsation est au centre des échanges. Poussée dans ses retranchements par une base rythmique très percussive, Friedli cherche à s’échapper des tréfonds du piano par des lignes brisées,des envolées abstraites, un style énergique et nerveux. Mais au fil de l’album, c’est le jeu sec de Studer qui devient le vrai pivot ce cette discussion infinie, qu’il amalgame par de brusques changements rythmiques (« Come Lately »)

En explorant ensemble toutes les géométries du triangle, jusqu’aux plus apaisées (« Started »), le trio fait montre de sa cohésion, même si l’axe fort basse-batterie laisse échapper quelques dérobades féroces, vite jugulées par le jeu fluide de la pianiste. Il y a beaucoup de virtuosité dans Started, mais cette grande cohésion - qui est indéniablement une qualité - laisse trop peu de place à la surprise et, parfois, gomme sévèrement toute forme d’aspérité. Chacun réalise consciencieusement et avec un savoir-faire remarquable ce qu’on attend de lui. Si la décontraction affichée est plaisante, il manque ici un grain de sable qui remette en cause la stabilité d’un édifice solide mais parfois un peu froid.