Chronique

Ashley Kahn

Kind of Blue

Label / Distribution : Le mot et le reste/Orkhêstra

1959 :

  • Disparition de légendes : Lester Young (15/03), Sidney Bechet (14/05), Billie Holiday (17/07).
  • Enregistrements : What’d I Say (Ray Charles), Take Five (Dave Brubeck), Ah Um (Charles Mingus), The Shape of Jazz to Come (Ornette Coleman), Giants Steps (John Coltrane), Portrait in Jazz (Bill Evans), Kind of Blue ( Miles Davis)

2009 :

  • Parution en français de l’ouvrage d’Ashley Kahn (journaliste, enseignant à l’université de New York) publié en 2001 aux États-Unis. Belle initiative - et justifiée - que d’en publier la traduction (par Philippe Paringaux) à l’occasion du cinquantenaire de cet enregistrement historique (c’est le disque de jazz le plus vendu à ce jour).

Dans un style clair, net et précis sans être précieux, en s’appuyant sur une recherche méticuleuse l’auteur nous embarque dans cette aventure en prenant soin de nous informer avant tout sur « La naissance du son : Miles 1949 - 1955 » (Chapitre Premier) puis sur « Le quintet, le sextet et l’émergence du jazz modal » (Chapitre 2) avant d’en arriver aux séances du 2 mars et du 22 avril ; suivent « Vendre Blue » et « Le legs de Blue » ainsi qu’une biographie, une discographie et des notes diverses. N’oublions pas la préface du batteur Jimmy Cobb, seul survivant du groupe à ce jour.

Nous disposons à présent de toute l’histoire de ces deux séances, - prises, faux départs, relations avec le producteur et le preneur de son, discussions, comportements des musiciens (sans compter leurs relations entre eux), les blagues, rires, remarques… bref, les mille détails qui ont si grande importance, sans oublier les problèmes techniques et les découvertes extraites de la forteresse Columbia, le tout ponctué de photos en noir et blanc et de deux interludes : Le studio de la 30e Rue, et « Freddie Freeloader » (Fred Tolbert, personnage inspirateur du blues qui porte son nom).

On prétend parfois qu’un disque et/ou un livre sont indispensables… alors que bien souvent, ils sont vite oubliés. Mais ce disque et ce livre ne sont pas près d’être oubliés ; c’est dire qu’ils sont réellement indispensables.

NB : Dans la même édition/collection, tout aussi recommandables sont le Weather Report de Christophe Delbrouck et l’Eric Dolphy de Guillaume Belhomme.

par Jacques Chesnel // Publié le 12 octobre 2009
P.-S. :

Editions Le Mot et le Reste ; collection Formes.