Scènes

EYOT au Festival Jazzycolors 2012

Un groupe plus alternatif et progressif que proprement jazz… avec un petit côté planant façon Floyd ou répétitif façon Radiohead, voire jazzy moderne façon E.S.T. , mais avec une véritable originalité sensiblement teintée de modes balkaniques.


Un groupe plus alternatif et progressif que proprement jazz… avec un petit côté planant façon Floyd ou répétitif façon Radiohead, voire jazzy moderne façon E.S.T. , mais avec une véritable originalité sensiblement teintée de modes balkaniques.

Jazzycolors est un festival qui excelle dans le mélange et la multiplication des rencontres. Depuis dix ans déjà, dix-sept instituts culturels parisiens réalisent une programmation judicieuse pour faire davantage connaître des groupes jazz et alternatifs qui connaissent déjà un grand succès dans leur pays, mais qui sont rarement passés sur les scènes parisienne ou française, voire jamais… Ce 22 novembre, c’est EYOT, un groupe serbe, qui se produit à l’Institut suédois, rue Payenne, proche du quartier Saint-Paul.


JPEG - 122.4 ko
EYOT © Emmanuelle Vial

Ce groupe de jeunes musiciens, originaire de la ville de Niš, au sud de Belgrade, est plus alternatif et progressif que proprement jazz… avec un petit côté planant façon Floyd ou répétitif façon Radiohead, voire jazzy moderne façon E.S.T. Cela dit sans vouloir dénaturer leur véritable originalité, sensiblement teintée de modes balkaniques. D’ailleurs EYOT a déjà été remarqué sur les scènes européennes et a remporté le concours du Midem Off 2012 à Cannes. Il a été également lauréat en Europe de diverses manifestations visant à mettre en avant les jeunes talents de la musique improvisée.


JPEG - 102.2 ko
EYOT © Emmanuelle Vial

Leur musique met en opposition un piano jazz classique face à un paysage plus onirique, aérien, lié aux effets du guitariste. Le tout boosté par une solide paire rythmique basse / batterie. Les guitares sont jouées en harmoniques, avec des accents gilmouriens, teintés de delay et de réverbes profondes… Les métriques, souvent impaires, sont soulignées de basses lancinantes et d’arpèges répétitifs. L’atmosphère planante est plaisante et colorée, voire progressive, les modes diésés cherchent les harmonies qui frottent tandis que le batteur groove sur des rythmiques complexes, débinarisées.
Cohérent et soudé, EYOT développe une musique paysagiste et un projet contemporain qui évoque toutefois les ambiances revival des Seventies - on pense à Soft Machine ou à certains groupes planants. Une formation à soutenir et à rappeler sur les scènes parisiennes, voire hexagonales, pour le plaisir de suivre son évolution. Encore une belle mise en avant du festival Jazzycolors.

  • Dejan Ilijić, piano
  • Sladjan Milenović, guitare Télécaster et ampli Vox
  • Miloš Vojvodić, batterie
  • Marko Stojiljković, basse