Scènes

Edward Perraud invite à La Java

Beau concert d’Edward Perraud et ses invités Joce Mienniel, Aymeric Avice et Julien Desprez dans le cadre des lundis « Jazz à La Java ». (Paris)


Photo © H. Collon

Beau concert d’Edward Perraud et ses invités Joce Mienniel, Aymeric Avice et Julien Desprez dans le cadre des lundis « Jazz à La Java ». (Paris)

Première partie. Plus convaincu par les sons incroyables de la flûte de Joce Mienniel que par son utilisation de son synthé Korg MS20. On donne souvent le nom des marques des instruments électroniques car chacun a sa spécificité. Un sax est un sax. Un synthé ne veut pas dire grand-chose. L’utilisation des pédales d’effets pourrait aussi faire partie de la nomenclature, comme par exemple lorsque Mienniel utilise une guimbarde vietnamienne en drone timbré, particulièrement impressionnant. N’empêche que c’est le plus étonnant de tous les flûtistes en activité que je connais.

La deuxième partie, très homogène, m’inspire de multiples questions. Perraud frappe comme Vulcain sur ses toms tandis qu’Aymeric Avice embouche deux trompettes - en fait une trompette et un bugle, mais traités électroniquement de telle manière que leur nature importe peu. Julien Desprez fait hurler sa guitare en mouvements brusques, découpage savant dont il a le secret.


JPEG - 38.6 ko
Perraud Avice Desprez © JJ Birgé

Je me demande pourquoi jouer si fort ; devons-nous craindre le silence, sommes-nous capables d’assumer pleinement nos influences musicales ? À La Java le niveau sonore est très différent près de la scène et au bar, aussi faut-il jouer comme des sourds si l’on veut toucher les bavards du fond de la salle. Je m’interroge sur la nécessité de porter des boules Quiès, les musiciens étant souvent les premiers à se protéger. Je comprends le violoncelliste Vincent Segal qui m’incite à jouer de mes instruments électroniques à puissance acoustique. Si l’on vise la transe, la concentration sait mal s’accommoder de la douleur. Il me semble que l’afflux d’énergie électrise, mais anesthésie la critique. Idem avec le silence. Lorsque nous improvisons le simple fait d’interpréter des morceaux courts plutôt qu’un continuum ininterrompu permet de remettre le compteur à zéro de notre inspiration. Le silence fait aussi partie de la musique, mais certaines ne justifient probablement pas les nuances qui vont du ppp au ƒƒƒ.

Quant aux références incontournables, pourquoi ne pas les assumer pleinement ? Un soupçon de rock me donne envie de l’affirmer, d’autant que notre approche serait fondamentalement originale. Lundi, on était parfois à deux doigts d’Ennio Morricone, mais on ne l’a pas laissé entrer, même par la fenêtre. Le pire danger de l’improvisation est d’en faire un genre annulant toutes les surprises. Or, c’est justement ce qui est recherché dans les concerts où rien n’est préalablement écrit ou convenu. Et lundi soir, l’expérience des musiciens comme du public était non-reproductible.