Entretien

Jorrit Dijkstra fait sauter les digues

Le saxophoniste néerlandais et résident aux USA présente son dernier projet.

Jorrit Dijkstra (c) Francesca Patella

Jorrit Dijkstra est un saxophoniste qui s’est beaucoup intéressé à l’électronique. Installé à Boston depuis de nombreuses années, il est avec le pianiste Pandelis Karayorgis le fondateur du label Driff Records, sur lequel est sorti le récent CutOut. Les deux musiciens ont la particularité d’être originaires d’Europe bien qu’ayant fait la plus grande partie de leur carrière aux Etats-Unis. Cela confère à ce natif des Pays-Bas un poste d’observation des plus fins, et une capacité à jouer de manière très étendue. Ouvertement lacyen, ce que l’on peut entendre avec son célèbre orchestre The Whammies, Dijkstra est un musicien passionnant, proche de Benoît Delbecq ou de Han Bennink. Une rencontre très enrichissante.

- Jorrit, pouvez vous vous présenter ?

Je m’appelle Jorrit Dijkstra, je joue du saxophone et de divers appareils électroniques analogiques, je compose. J’enseigne également la musique au Berklee College of Music et au New England Conservatory à Boston, où je vis. J’ai grandi aux Pays-Bas et j’ai déménagé à Amsterdam au milieu des années 80 où je me suis immergé dans la scène du jazz et de l’improvisation de la ville, en jouant dans des big bands, des petits groupes et beaucoup de jam sessions. J’ai également créé mon trio, avec le batteur Steve Argüelles et le bassiste Misha Kool.

J’ai rencontré Steve au Banff Jazz Workshop au Canada en 1990, où je me suis fait quelques autres amis durables, comme Benoît Delbecq, Guillaume Orti et Tony Malaby. Nous y étudiions avec Steve Coleman, Kenny Wheeler et le maître de batterie africain Abraham Adzenyah. Ce stage de quatre semaines a été un tournant majeur dans ma vie, et m’a permis de nouer des liens musicaux en dehors de la scène d’Amsterdam qui, pour moi, devenait un peu trop fermée comme un club.

Jorrit Dijkstra (c) Cécile Mirande-Broucas

J’ai commencé à voyager aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, pour jouer avec des musiciens de différentes scènes locales. C’est encore aujourd’hui l’une des choses que j’aime le plus faire, et j’essaie toujours d’élargir mes contacts musicaux de cette façon. Ces dernières années, j’ai réalisé des projets avec des musiciens des scènes d’improvisation de San Francisco, Berlin, Lisbonne et Mexico.

En 2002, j’ai déménagé à Boston pour rejoindre ma femme, rencontrée dans un train à Mexico. Nous avons maintenant deux filles adolescentes. J’ai également terminé mon diplôme au Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre, où j’ai étudié avec Steve Lacy, Bob Brookmeyer, Joe Maneri et Lee Hyla.

- Vous animez le label Driff Records, dont nous avons déjà parlé, avec le pianiste Pandelis Karayorgis, pouvez-vous nous présenter l’esprit de la maison ?

Vers 2012, j’ai pressenti qu’il serait de plus en plus difficile de trouver un label pour mes enregistrements. Le marché est pléthorique, et il n’y a que quelques labels qui sont intéressés par l’investissement dans nos musiques. J’ai donc demandé à Pandelis Karayorgis s’il était intéressé par la création d’un label pour notre propre musique, parce que nous partageons certaines racines musicales, certaines perspectives et certaines opinions. C’est aussi un immigrant d’Europe, et nous sommes liés par nos propres morceaux et les œuvres de Monk, Mengelberg et Lacy. Mon frère s’occuperait de la conception, et l’idée était de demander à quelques artistes de faire des œuvres plastiques pour la couverture. Nous avons collaboré avec mes amies artistes Marieken Cochius et Lisa Carroll pour mes disques, et Pandelis en a commandé quelques autres pour ses disques. Han Bennink a fait les couvertures de nos disques Whammies. Diriger un label n’est pas vraiment difficile. Le plus amusant, c’est bien sûr le processus d’enregistrement et de montage, pour mettre le produit final entre vos mains. Ensuite, la promotion et la vente ne sont bien sûr pas aussi amusantes, et de plus en plus difficiles. En ce moment, je ne sais pas si cela a encore un sens de sortir des enregistrements, parce que peu de gens sont prêts à payer pour de la musique enregistrée.

Jorrit Dijkstra (c) Francesca Patella

- Vous habitez Boston, et on constate une forte communauté de musiciens autour de vous, notamment avec le remarquable album Bathysphere. C’est important de créer des dynamiques sur place ?

Oui, je trouve très important d’établir des liens locaux avec les musiciens. Je dois dire qu’il m’a fallu beaucoup de temps pour nouer des amitiés musicales ici à Boston. Nous avons eu la chance que Nate McBride et Jeb Bishop viennent de Chicago et s’installent ici il y a quelques années. En ce moment, nous jouons surtout avec CutOut, qui est vraiment le même groupe que The Whammies, mais avec un batteur différent. Nous jouons donc ensemble depuis très longtemps, et le groupe sonne vraiment très bien en termes de liberté et de culture de l’instant.

J’apprécie également de visiter d’autres scènes locales, et je pense que soutenir sa propre scène locale demeure vraiment un excellent moyen de réussir si l’on veut ensuite investir un autre endroit, puisque cela va permettre les échanges et les opportunités de jouer. Il est donc extrêmement important de participer à l’organisation de concerts, de séries et de petits festivals pour assurer cette réciprocité. Et cela renforce également la communauté internationale de l’improvisation.

- Jeb Bishop, Nate McBride, Luther Gray, les amis avec qui vous avez enregistré CutOut sont des fidèles. C’est important cette relation ?

Oui, nous nous connaissons depuis des décennies, et nous sommes aussi des amis proches. Donc ça impacte nécessairement notre musique. Ça implique de ne pas avoir à se soucier d’autres choses quand vous êtes sur scène. Il y a une compréhension des formes et des sons, et la liberté, avec ces paramètres, peut aller très loin.

- Dans ce nouvel album, on note une vraie complicité avec Pandelis Karayorgis, qui a un jeu très rythmique. Avez vous déjà envisagé d’enregistrer un duo ?

Nous avons fait de nombreux duos, et il y a quelques uns de nos morceaux en duo sur le deuxième enregistrement de Whammies. Nous avons également fait quelques concerts en duo. Pandelis et moi avons des personnalités différentes, mais nous avons aussi beaucoup de similitudes. C’est un ami très loyal et honnête, et encore une fois, cela rend la musique facile à jouer. Et j’aime beaucoup ses compositions, je n’ai jamais à me demander comment je dois jouer ses morceaux, ils se jouent eux-mêmes.

- Dans Linger, vous avez joué avec Benoît Delbecq, avec qui vous avez étudié à Banff. Est-ce différent que de jouer avec Pandelis ?

Oh oui, indéniablement. Je connais Benoît depuis 1990, On a les mêmes figures tutélaires (Monk, Mengelberg) mais Benoît a un lyrisme, un sens de la mélodie et des sons de piano préparé qui sont uniques. En réécoutant l’enregistrement de Linger, j’ai été de nouveau frappé par l’incroyable intuition dont il fait preuve pour écouter, répondre et faire avancer la musique en douceur. Dans le même temps, il me fournit cet incroyable tapis rythmique et sonore qui est super confortable pour que je me sente totalement libre d’improviser mes mélodies. J’adore jouer avec lui et c’est un grand ami, j’aimerais juste que le gouvernement américain ne nous rende pas la tâche si difficile pour jouer ensemble...

Jorrit Dijkstra (c) Peter Gannushkin

- Parlons de votre parcours : vous venez des Pays-Bas, mais vous êtes arrivé très tôt aux States. Y-a-t-il une influence de vos origines européennes sur votre musique ?

Oui, je le pense. Dans mes premières années d’études musicales, j’ai beaucoup réfléchi à ce sujet. En étudiant au Conservatoire d’Amsterdam et en plongeant dans la scène amstellodamoise, on se rend compte que le jazz néerlandais n’est pas du jazz américain, et qu’il y a une sorte de fierté à cela. Je pense que c’est parce que le jazz américain est une forme d’art si forte, et qu’il est devenu si international que les gens peuvent s’exprimer avec du jazz provenant de différents endroits.

Mais les différences s’estompent également, en raison de la mondialisation, les connexions se font si facilement par le biais des médias sociaux, etc. J’ai donc cessé de me préoccuper de « sonner européen » parce qu’il n’est pas musical de penser ainsi. J’ai donc cessé de m’inquiéter de la « sonorité européenne » parce que ce n’est pas une pensée musicale. Je vois toujours une obsession dans ces idées nationalistes de « sonorité néerlandaise », « sonorité française » ou « sonorité britannique » ou autre, et je pense que cela vient surtout des promoteurs de festivals et des systèmes de subventions publiques qui recherchent cela.

Cela influence donc aussi les musiciens, lorsqu’ils veulent obtenir ces subventions et jouer dans ces festivals. Ce qu’il y a de bien avec la musique improvisée, c’est que vous pouvez créer des liens via Facebook avec des musiciens dans une nouvelle ville, planifier quelques concerts dans de petits espaces gérés par des artistes, aller vivre de nouvelles expériences musicales et humaines sans aucune répétition ni préparation. Il n’existe aucune autre forme d’art vivant avec laquelle vous pouvez faire cela. Et ces petits concerts et festivals organisés avec une grande passion par des amoureux de la musique sont, à mon avis, les plus amusants à jouer.

Mais pour revenir à mes racines musicales néerlandaises : je pense que le phrasé musical d’une personne a quelque chose à voir avec la langue. Le néerlandais est une langue agitée, avec des sons durs et courts, et je pense que cela se ressent dans mon phrasé et mes sons, que ce soit au saxophone, au lyricon ou au synthé analogique, ou dans ma composition. En outre, les Pays-Bas sont un petit pays surpeuplé où le paysage est très dessiné et organisé, et cela se ressent aussi dans la musique. C’est juste différent si vous grandissez en Arizona ou à Utrecht, et je trouve très intéressant de penser à la façon dont cela reflète la musique.

Les Pays-Bas sont un petit pays surpeuplé où le paysage est très dessiné et organisé, et cela se ressent aussi dans la musique. C’est juste différent si vous grandissez en Arizona ou à Utrecht.

- Un de vos premiers albums marquants reste -outre les Whammies, nous y reviendrons- est avec l’orchestre Flatlands collective où l’on retrouvait, outre Bishop, Roebke et Rosaly. Vous vous sentez proche de la scène de Chicago ?

Je suis allé à Chicago pour la première fois vers 2003 et, comme je l’ai décrit ci-dessus, j’ai d’abord contacté quelques musiciens. C’est ainsi que j’ai rencontré Jeb Bishop. J’aimais la ville, bien plus que New York, pour son espace, et l’absence de cette pression frénétique caractéristique de New York et de beaucoup de ses musiciens. J’y suis retourné plusieurs fois et j’ai créé un groupe, parce que j’ai pris contact avec certains des musiciens de la ville. Plus tard, Jason Roebke et Frank Rosaly ont rejoint le groupe, ce qui a également donné naissance à mon projet Pillow Circles. Puis Jeb et Nate se sont installés à Boston, et d’autres musiciens de cette scène ont déménagé. J’ai trouvé plus de liens à Boston également.

- Quelle est pour vous l’importance de Steve Lacy, à qui vous avez consacré un triple hommage avec les Whammies ?

La première fois que j’ai entendu Lacy, c’était vers 1983 dans ma ville natale, où il était l’invité de l’orchestre ICP pour jouer la musique de Herbie Nichols. Cela m’a fait une impression incroyable à l’adolescence. Ensuite, j’ai reçu certaines de ses études de la part de Michael Moore, et plus tard son livre Findings. En 2002, j’ai eu la chance de prendre quelques leçons avec lui quand il s’est établi à Boston.

Cela m’a ouvert les yeux, mais je pense que j’étais déjà en phase avec sa musique à ce moment-là. Nous avons créé les Whammies après que Han Bennink nous a rejoints à Boston pour jouer avec nous. Puis tout s’est mis en place pour faire la musique de Lacy avec Han, ce qui m’a ramené à ce concert de 1983. Puis j’ai eu accès aux carnets de notes de Lacy par l’intermédiaire d’Irene Aebi [1], et j’ai commencé à étudier ses compositions. J’ai trouvé un incroyable trésor de musiques, et j’ai découvert beaucoup de pièces qu’il n’a jamais enregistrées, ou qu’il a seulement enregistrées en solo, et pour lesquelles il a composé des parties pour un sextet ou un quintet. Cela faisait donc partie de l’objectif des Whammies, y compris une approche de l’arrangement instantané de tout cela. Et comme Han et Mary étaient dans le groupe, je suppose que cela l’a un peu poussé vers une esthétique ICP, ce qui m’a permis de renouer avec mes premières racines à Amsterdam.

Jorrit Dijkstra (c) Francesca Patella

Jouer avec Han, écouter ses idées et ses histoires et découvrir son esthétique musicale a également été une incroyable source d’inspiration. J’aime la musique de Lacy, pour son économie, son lyrisme et sa poésie. Ses pièces ont presque toujours des improvisations complètement ouvertes (pas de changement d’accord), mais la mélodie, y compris le titre et la dédicace à un artiste spécifique, donne beaucoup de sens à la pièce qui a inspiré l’improvisation. Il y a tellement de niveaux de profondeur dans son travail. Mais je dois aussi mettre de côté son influence, parce que je ne veux pas être un clone de Lacy, bien sûr.

- Vous êtes assez éloigné de la scène européenne, mais quel est votre regard sur la scène hollandaise actuelle ?

Je pense qu’il y a eu de grands mouvements dans la scène d’improvisation néerlandaise ces dix dernières années environ, et j’aimerais pouvoir y participer davantage. De nouveaux jeunes improvisateurs sont apparus, ils sont organisés et trouvent leur voix, et c’est plus international qu’auparavant. Et quelques salles de concert gérées par des artistes ont également vu le jour, alors ce n’est pas trop difficile d’y jouer.

Malheureusement, beaucoup de clubs ont disparu à cause des réductions budgétaires, et c’est bien sûr horrible. Alors qu’avant, je pouvais voyager en Europe avec The Whammies ou le Flatlands Collective, jouer dans des clubs et des festivals et rentrer à la maison avec un peu d’argent, c’est maintenant pratiquement impossible. J’ai en quelque sorte renoncé à gagner de l’argent en jouant de la musique, et d’une certaine manière, cela m’enlève beaucoup de pression et c’est une libération. Je vois beaucoup de musiciens extraordinaires en Europe qui ont réussi à survivre en jouant leur musique pendant longtemps et qui ont maintenant beaucoup de mal. Je suis très heureux d’avoir toujours eu une carrière d’enseignant qui m’a soutenu et qui me permet de voyager, d’enseigner et de jouer sans faire faillite.

- Quels sont vos projets ?

Ces dernières années, j’ai travaillé avec CutOut, et le groupe est vraiment incroyable. Nous avions une résidence mensuelle à Cambridge, jusqu’à l’arrivée de la COVID-19. J’ai également commencé à travailler avec une danseuse nommée Jessica Roseman : nous avons un duo, et nous essayons vraiment de brouiller les pistes et de faire les liens entre le mouvement et le son. Je fais beaucoup de mouvements sur scène, ce que j’aime beaucoup. Ensuite, j’ai mon trio avec John Hollenbeck et Benoît Delbecq, et nous devions jouer à Cambridge et à Groningue cet été (enfin, c’est super difficile de réunir ce trio et de trouver des concerts), mais à cause de la COVID-19, cela ne se fait évidemment pas. J’espère que nous pourrons jouer dans les 5 prochaines années...
J’aimerais aussi revenir à la composition, que j’avais en quelque sorte abandonnée pendant quelques années. Je pense qu’avec tout ce temps passé à la maison, c’est peut-être le bon moment...

par Franpi Barriaux // Publié le 13 septembre 2020
P.-S. :

[1Sa compagne, NDLR.