Chronique

Michel Doneda / Joris Rühl

Linge

Michel Doneda (ss, radio), Joris Rühl (cl)

Label / Distribution : Umlaut/Orkhêstra

Familier des duos, le saxophoniste soprano Michel Doneda multiplie depuis plus de trente ans les rencontres avec la fine fleur des musiques improvisées, de Lol Coxhill à Daunik Lazro. Pour Linge, sorti sur le label Umlaut, c’est avec le clarinettiste Joris Rühl qu’il croise les anches, dans le cadre d’une ferme ancienne à l’atmosphère chaleureuse et rustique. Elève de Jacques Di Donato, Rühl est de ces musiciens qui naviguent allègrement de la musique contemporaine aux musiques improvisées, comme on a notamment pu le constater à l’occasion de son récent duo avec Eve Risser. Attaché à d’autres expressions artistiques, il œuvre aussi dans le monde de la danse et de l’image.

Les deux improvisateurs arpentent au fil de ces sept parties tous les amalgames possibles entre le soprano et la clarinette, jusqu’à les confondre absolument. A l’écoute du premier morceau, on pourrait redouter que cette fusion ne se fasse que sur le mode de la stridence monochrome. Au fur et à mesure de la rencontre, au contraire, des détails s’instillent qui gagnent peu à peu du terrain et créent de petites déviances, sans pour autant délier l’unisson. Bien sûr, les ondes radio dont joue Doneda émettent des bourdonnements mystérieux. Mais les infimes inflexions du jeu, entre sifflements et frottement de clés, tailladent peu à peu cette matière faite de métal et de souffle.

Des remous inauguraux de la quatrième improvisation au silence à peine troublé qui s’offre lors de la sixième, on voyage avec Doneda et Rühl sur une crête qui rejoint les limites sensibles de leurs instruments. Dans ce lieu chargé de souvenir pour le clarinettiste (la ferme du Linge appartenait à ses grands-parents), ce sont les éléments qui apportent un soupçon de poésie supplémentaire. Sous les linteaux, l’aléatoire s’invite en faisant craquer la charpente sous la bourrasque et fournit de nouvelles pistes aux musiciens. Décidément, il se passe de belles choses dans les greniers vosgiens.