Le jazz a sa tribune depuis 2001

Edition du 19 juin 2024 // Citizenjazz.com / ISSN 2102-5487

Les dépêches

Tribu Festival à Dijon

les sonorités d’une sono mondiale

La 24e édition du Tribu Festival se déroulera du 22 septembre au 1er octobre 2023 à Dijon et dans la métropole.

Le festival débutera Au Maquis - espace artistique de l’association Zutique productions, le vendredi 22 septembre, avec le concert de « Le Grand Couturier », la nouvelle formation de Jean-François Riffaud, Clément Vercelletto et Rachel Langlais, suivi du concert de Nana Benz du Togo pour une cérémonie électro-vaudou-soul.

Samedi 23 septembre au Cirque Lili, la Compagnie Jérôme Thomas s’associe au Tribu Festival pour inviter les saxophonistes Antoine Viard et Camila Nebbia. Tous deux animés par une passion commune pour l’improvisation, iels partageront leur univers avec celui de la contorsionniste Lise Pauton.

La soirée se poursuivra au Maquis avec une rencontre entre Sam Karpienia, Mathieu Sourisseau et Nicolas Lafourest. Puis place aux Haïtiens de Chouk Bwa dont la musique mystique s’associe aux productions électroniques des Bruxellois de The Ångströmers.

Dimanche 24 septembre, dernière journée à la maison éclusière avec -CA- des membres du collectif Coax Antoine Viard et Camila Nebbia, cette fois-ci en face-à-face pour un duo laissant place à l’inconnu. À 14 heures, Nicolas Lafourest nous entraînera vers des contrées aux sonorités familières et dans les méandres de son paysage intime avec ses Faulkner songs. Au Maquis accueillera le rappeur américain Napoleon Maddox, le beatmaker Sorg, le pianiste Carl-Henri Morisset et le saxophoniste haïtien Jowee Omicil pour leur tout récent projet « L’Ouverture de Toussaint ». Une œuvre incroyable inspirée par le héros haïtien des luttes anticoloniales Toussaint Louverture, qui relie les histoires et les destins avec un regard et une urgence très actuels en forme de poésie nourrie de jazz et de hip-hop.

Jeudi 28 septembre, cap au centre-ville pour une soirée au Grand Théâtre. Le Tribu Festival et l’Opéra de Dijon invitent le groupe ukrainien DakhaBrakha. Ce quatuor originaire de Kiev définit son style musical comme un « chaos ethnique ». Entre transe folk et rébellion politique, iels incarnent la conscience généreuse et lucide de la parole d’un nouveau peuple uni.

Vendredi 29 et samedi 30 septembre, le Tribu Festival posera ses valises à La Vapeur. Le premier soir débutera avec un concert gratuit des Tchèques Už Jsme Doma, actifs sur la scène punk depuis les années 80. La bande d’Agoro ouvrira les portes de la grande salle avec leur récente formation mêlant cinq MCs nancéiens et ghanéens et les quatre jazzmen du NYC Milky Band. Place à Fulu Muziki Kolectiv, « eco-friendly-afro-futuristic-punk », voilà comment se présente ce collectif d’artistes multidisciplinaires, qui, derrière cette appellation à tiroirs, déploie une énergie brute et une joie contagieuse grâce à un instrumentarium fait de détritus.

Dernière invitée de cette soirée, la productrice, actrice, chanteuse et DJ franco-ghanéenne emmènera le public de continent en continent à travers un set vitaminé.

Samedi 30 septembre à 16 heures, après le concert du premier créateur de synthétiseur en Afrique, Afrorack, rendez-vous dans le hall de La Vapeur pour une discussion autour de l’avant-garde musicale africaine avec la journaliste Jeanne Lacaille et les artistes de la journée. Puis le jeune trio strasbourgeois [NA] provoquera le public avec une formule hantée par l’éthio-jazz et les punks bataves.

La Vapeur prendra des airs de Nyege Nyege Festival pour cette avant-dernière journée, avec une sélection d’artistes issue de la nouvelle scène africaine. Le duo formé par la productrice anglaise Mina et le rappeur ghanéen Bryte ; Aunty Rayzor, l’une des voix les plus prometteuses de la scène rap nigérienne, et pour clôturer cette soirée, Catu Diosis prendra les manettes pour transformer la grande salle en un véritable dancefloor !

Dernière escapade à la salle Mendès-France de Quetigny avec la fanfare survoltée du festival, créée il y a 13 ans : Ze Tribu Brass Band. Le Tribu Festival baissera son rideau après le concert d’Haïdouti Orkestar, un concert à la croisée des cultures gypsy turques et orientales, où les musicien·ne·s français, grecs, bulgares, turcs et tziganes feront résonner les sonorités d’une sono mondiale, tour à tour poétique et ultra-vitaminée.

www.tribufestival.com