Scènes

NJP 2015 # 1 : Nancy Jazz Poursuite

Samedi 3 octobre. Nancy Jazz Pulsations, c’est presque parti ! Tout commence par le Nancy Jazz Poursuite et sa vingtaine de rendez-vous dans les bars du centre ville.


NJP a 42 ans. La maturité convient bien à un festival populaire qui veut démontrer, une fois encore, comme le souligne son président Claude-Jean Antoine, que « le jazz et les musiques actuelles ne sont pas figés mais avides de diversité, de métissage et de création ». Et si le vrai top départ est fixé au 7 octobre avec un concert d’Ibrahim Maalouf dans une Salle Poirel affichant complet depuis belle lurette, un avant-goût était proposé comme chaque année sous l’appellation de Nancy Jazz Poursuite.

JPEG - 86.1 ko
Mathieu Loigerot © Denis Desassis

Il faut bien le dire : Nancy Jazz Pulsations constitue un rendez-vous incontournable pour les Lorrains et plus particulièrement pour les habitants de la Cité Ducale et sa périphérie. Avec son réseau de salles qui, petit à petit, se spécialisent (Chapiteau de la Pépinière, Magic Mirrors, Théâtre de la Manufacture, Salle Poirel, L’Autre Canal, Le Hublot, Opéra), ses nombreuses actions dans toute la région (concerts jeunes publics, en milieu carcéral ou hospitalier, ateliers d’éveil musical à l’école, ou de création dans les quartiers), tout est en place pour que la fête perdure dans un contexte économique difficile.

Et si le lancement de NJP est annoncé pour le mercredi 7 octobre, le public était convié dès le samedi 3 à une Nancy Jazz Poursuite, parfois connue sous l’appellation de Barathon. Le principe en est simple : une vingtaine de bars du centre ville proposent des animations en faisant appel à des musiciens de tous horizons artistiques (jazz, rock, chanson, électro, soul,…), la plupart du temps issus de la scène locale. Une bonne préparation aux deux semaines à venir.

Direction Le Campanile et son bar annoncé lounge : c’est une nouvelle salle située à une centaine de mètres de la gare, l’hôtel n’ayant ouvert ses portes qu’il y a quelques mois. Toutes les tables sont occupées, pas d’autre refuge que le comptoir derrière lequel l’agitation du personnel est maximale. Manque d’habitude, probablement, les lieux étant d’ordinaire beaucoup plus calmes. Mais surtout, c’est le plaisir de retrouver en trio le contrebassiste Mathieu Loigerot, grand amateur des films policiers des années 60 et 70 dont le CE2 Polars (avec Gaël Le Billan et Jean-Marc Robin) nous avait séduits il y a trois ans. Cette fois, le contrebassiste se fait aussi chanteur (c’est une première pour lui) et célèbre ainsi son admiration pour Harry Connick Jr à travers une succession de standards qu’il passera en revue, le temps d’un double set avec, à ses côtés, le guitariste Pascal Nicol et le batteur Yvan Keller. Mathieu Loigerot ne cache pas sa joie d’être ainsi encouragé et annonce avec gourmandise un nouveau disque à venir avec ses deux complices de CE2. En attendant, il fixe un autre rendez-vous au public de NJP, le 13 octobre dans le cadre des Apéros Jazz.

Venu humer l’ambiance d’un soir à nos côtés, Claude-Jean Antoine, alias Tito et président de NJP, exprime sa satisfaction. Ses « antennes » lui ont fait savoir que les bars associés ce soir à la fête sont bondés, c’est un signe prometteur.

Il reste maintenant à patienter quelques jours, avant de se résoudre à opérer des choix forcément arbitraires. Impossible en effet d’être présent partout et en même temps ; déjà, quelques noms circulent dans nos têtes : Brad Mehldau, Snarky Puppy, Stéphane Belmondo, Jacky Terrasson, Jeanne Added, Electro Deluxe…

A suivre très vite…