Chronique

Olivier Ker Ourio

A ride with the wind

Olivier Ker Ourio (hca), Gildas Boclé (cb), Pierre De Bethmann (p), Franck Agulhon (d).

Label / Distribution : Naive

Pour son deuxième album en tant que leader, l’harmoniciste réunionnais fait preuve d’une grande maturité (bien plus que pour son précédent album ô combien satisfaisant). Olivier Ker Ourio signe huit titres sur neuf (« Marie Louise » revenant à Gildas Boclé), illustrant à merveille sa personnalité au gré des paysages sonores que l’on parcourt au son chaleureux de son instrument. Le périple débute par de magnifiques embardées mélodiques avec « Cévennes », se poursuit par « Concrete is my business », morceau beaucoup plus rythmique, sur lequel Olivier joue beaucoup plus en créant des cellules rythmiques. Au détour de ce voyage, les embruns marins de la Bretagne nous font entendre une magnifique ballade : « Marie Louise ». (avec à la guitare douze cordes Jacques Pellen).


Sur deux morceaux, « Concrete is my business » et « Everybody loves an island », l’entame des thèmes fait référence, pour le premier à Jobim et pour le second à Stevie Wonder, est-ce un hasard ?


Bref, vous l’aurez compris, Olivier Ker Ourio est un artiste incontournable qui a tout d’un grand soliste aujourd’hui.