Chronique

Sylvie Courvoisier/Mark Feldman

Time Gone Out

Sylvie Courvoisier (p), Mark Feldman (vln)

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

Parmi les nombreuses variantes de la préparation des instruments (piano, violon ou autre), il en est une qui reste constamment tout en haut de l’échelle des valeurs et quelque peu méconnue parfois : c’est le travail, l’apprentissage, le métier, et cent fois mieux encore si possible. Ce que rappelle opportunément Stéphane Ollivier dans ses notes de pochette, quand il souligne que Sylvie Courvoisier et Mark Feldman se sont rencontrés il y a 25 ans et que depuis, en dehors de diverses distractions qu’on leur souhaite, ils n’ont cessé de peaufiner leur dialogue instrumental et musical. Et marital aussi, mais c’est une autre histoire.

Quant à nous, il nous reste donc la part la plus belle, mais aussi la plus difficile parfois : savoir écouter. Par exemple se réjouir de tel ou tel trait virtuose de l’un, repris et commenté par l’autre, comme s’il s’agissait d’une conversation drôle, policée, dont les règles se définissent au fur et à mesure qu’elles se dessinent. On parle aussi de complicité. C’est tout bête, comme on dit, mais sacrément jouissif ! Embarqués depuis des années dans l’équipage zornien, le violoniste (ancien fidèle (fiddle) country and western parvenu au sommet de l’inspiration contemporaine) et la pianiste helvétique qui a appris, entre temps, que la vraie liberté consiste à toucher à la beauté dans et par la contrainte, sont simplement devenus le duo le plus stupéfiant qui se puisse écouter aujourd’hui.

J’ai moi-même assisté, depuis Parthenay où je l’écoutais pour la première fois en dialogue avec Pierre Charial et Michel Godard, jusqu’à Jazz In Arles encore tout récemment, à l’impressionnant parcours qui conduit jusqu’à ce disque. Et je ne me lasse pas d’écouter la musique que j’avais pressentie à travers les bourrasques.

par Philippe Méziat // Publié le 15 septembre 2019
P.-S. :