Portrait

Coccolite, l’écho d’un jazz hybride

Portrait du trio Coccolite, finaliste de Jazz Migration #7


En géologie, on appelle coccolithe une plaque de carbonate de calcium composée d’algues unicellulaires fossilisées en forme de pépin. En musique, Coccolite est un trio de jazz composé du bassiste Timothé Robert, du pianiste Nicolas Derand et du batteur Julien Sérié. À l’occasion de la sortie de leur premier album ECHO, j’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec eux afin d’en savoir plus sur ce trio made in France.

Coccolite © Julien Sérié

Il y a des musiciens qui restent gravés aux tympans et dont la musique devient la bande-son de notre quotidien. Parmi ces musiciens, il y a Coccolite. Subtile fusion de trois personnalités musicales, Coccolite est un univers jazzistique composé à six mains. À l’origine de cette formation Timothé Robert évoque un besoin de liberté créative : « À l’époque où l’on jouait avec Antiloops, on improvisait souvent ensemble sur de longues parties et on kiffait ça. Donc comme une évidence, on s’est dit qu’il fallait qu’on joue ensemble ».

Plusieurs années d’expériences communes en tant que sidemen sur divers projets leur ont permis de développer une rare complicité musicale. C’est au cours d’une résidence de quelques jours qu’ils prennent la décision de former Coccolite. Un nom atypique et léger lié notamment à l’attrait du bassiste pour la lithologie.
Le grand public les découvre en 2019 à la sortie de Bad Buzz. Un EP sur lequel semblent figurer Miles Davis dans « Rond Point » et Camus, dans « Bad Buzz » tant la science du sample y est érigée en art du featuring. Puis ils lancent la série Rodatronik dans laquelle ils mettent en images certains morceaux. Un projet poétique et ambitieux qui confirme une chose : « There is some next level shit going on ».

En février sort leur premier album ECHO après un an de travail à distance. Protocole sanitaire oblige, me direz-vous. Oui, mais pas que ; comme l’explique Timothé Robert : « On voulait quelque chose de produit, un peu électro. On savait qu’il y aurait pas mal de travail au niveau des mixes, des effets et des textures que l’on voulait chercher. Donc ça nous allait bien d’être confinés parce qu’on avait prévu de faire cet album à distance ».
Une distance qu’ils jugent donc bénéfique et nécessaire à la conception d’ECHO, résultat d’un travail minutieux d’équilibre sonore entre acoustique et électronique.

Nicolas Derand : « Notre plus gros objectif c’était de réussir à sonner jazz tout en étant quand même électro avec les influences actuelles. Le but était de réussir à mélanger toutes nos influences donc « moderne » électro, mais aussi « anciennes » acoustiques. Je dis « ancienne » entre guillemets parce qu’aujourd’hui un enfant de huit ans qui écoute la radio doit être plus familier avec le son d’un TR-808 que celui d’une batterie acoustique. C’était un challenge de production qu’on a eu à effectuer ! »

Timothé Robert : « Je rejoins tout à fait ce que viens de dire Nicolas. On avait envie de donner la possibilité à des gens qui n’ont pas l’habitude d’écouter cette musique-là de la découvrir. Par le son, ramener les gens à la musique improvisée ! »

Coccolite © Julien Sérié

Ensemble, ils parviennent à créer un espace où se lient, se délient, s’enchevêtrent, se transforment et évoluent leurs influences. Des influences qui dessinent un très vaste paysage musical allant du jazz à Ravel, de la trap à Meshuggah, du RnB à Ambrose Akinmusire, de la musique de film à Kool and the Gang, de Big Yuki au maloya, en passant bien entendu par le rap et Brad Mehldau. Tant de sons qu’il a fallu digérer afin qu’ils deviennent sources d’inspirations.
Avant de discuter avec des musiciens, j’ai surtout échangé avec des amoureux de la musique qui défendent le métissage des pratiques, des formes, des genres et des gens au profit du jazz.

Julien Sérié : « Il y a une chose sur laquelle on est tous les trois très engagés : c’est sortir le jazz de sa catégorie. On a tous les trois une culture jazz, on a fait des écoles, on l’a étudié, on connaît très bien l’harmonie, le rythme et à la base on est passionnés par l’histoire du jazz. Mais on milite pour ne pas rester enfermés dans cette catégorie « jazz » qu’il y a en France et qui suppose qu’il faudrait être un trio acoustique ou dans une esthétique bebop. Parce que dans ce que l’on écoute et dans les influences qui touchent le jazz, tout est mélangé ! »

Leur engagement n’est pas que musical, car ÉCHO flirte avec un certain militantisme. L’album fait écho à différents sujets d’actualité qui traversent notre société depuis plusieurs années comme l’inégalité raciale - dans « HOPE » avec le sample du célèbre discours prononcé par Martin Luther King - ou encore l’écologie, thème central de cet album. Avec les titres suggestifs « Et il n’y a plus d oiseaux dans les airs », ou encore « Et il n’y a plus D animaux dans la mer » (dans lequel ils incorporent des jappements animaliers inquiétants), ils rappellent l’urgence climatique dont parlent les scientifiques depuis près de 50 ans. À travers cinq compositions, ils illustrent également les phases de la succession écologique. Pareils à des interludes, ces morceaux traversent et structurent un album qui se veut un reflet de notre environnement social ou, comme l’explique Nicolas Derand, une « retranscription musicale des phénomènes d’actualité ».

Jusqu'à présent, on n'a pas eu l'occasion de jouer cette musique en live

Thèmes et musique sont traités avec justesse et personnalité. Chatouillant la curiosité, poussant à l’écoute et incitant à la réflexion. Mais le protocole sanitaire actuel fait défaut à l’épanouissement du jazz électrique, et ce premier album n’a pas encore pu se frotter à la scène : le concert de lancement n’est prévu que le 30 juin prochain au FGO-Barbara (Paris).

Nicolas Derand : « Jusqu’à présent, on n’a pas eu l’occasion de jouer cette musique en live. C’est très étrange pour nous de ne pas faire l’expérience du public pour observer leur réaction - et les nôtres aussi - pour voir l’impact que cela a sur notre interaction musicale. Pour cet album on ne sait rien de tout ça. On ne sait pas du tout ce que vaut le jazz de ces musiques en live. C’est très frustrant, donc on va se venger sur le prochain ! »

Une vengeance actuellement en pleine préméditation, qui sera un appel à la scène et à la vie. À l’ici et maintenant. Alors, ne vous laissez pas influencer par ceux qui croient le jazz mort ou fini. Le jazz est bien vivant, Coccolite s’en porte garant.