Scènes

Du grand Lay à la Piccola Scala

Paul Lay était en trio à la Scala avec son programme « Wanderer »


Jeudi 29 septembre dernier, pour le quatrième concert de la série « Piccola Scala », la Scala de Paris a laissé la scène et son grand piano noir à Paul Lay, l’un des pianistes de jazz les plus brillants de sa génération.

Artiste en résidence dans cette salle de l’est parisien, Paul Lay formait, ce soir-là, un irrésistible trio avec Isabel Sörling à la voix et Matyas Szandai à la contrebasse, (qui remplaçait Simon Tailleu pour ce concert).
Un programme « Wanderer » autour du thème de l’âme vagabonde, errant à travers les écritures musicales d’Europe et d’Amérique.

La Piccola Scala est une salle intimiste conçue en amphithéâtre, où la moquette bleue électrique dialogue avec les leds lumière du jour. Ambiance intimiste où toutes les lèvres semblent s’arrondir, impatientes, pour prononcer le B du blue qui se dessine dans le reflet du piano et la courbe de la contrebasse.

Paul Lay Trio © Paul Mouterde

Pures mélodies en sous-sol annoncée.
Ce concert décliné autour du « wanderer », - errant, vagabond en anglais -, joue de subtilité : un mélange de liberté offerte et prise par les musiciens à voguer sur des célébrissimes thèmes et références musicales avec toute la virtuosité de leur art. Ils se jouent de leur attachement à la musique originelle et de leur liberté d’interprétation par rapport à celle-ci.
Le concert ouvre avec un premier hommage à Schubert - déjà présenté en 2021 lors des concerts des Folles Journées de Nantes. L’arrangement jazz mené par le trio piano, contrebasse et voix est délicieusement envoûtant et pourrait aussitôt se réécouter en boucle. Puis s’en suivent, entre arrangements et dérangements, (selon les mots même de Paul Lay ), jeux de rythmes, de doigts, de voix et de cordes, de Scott Joplin, à Joan Baez, une ballade irlandaise à un chant d’amour suédois, interprété par la chanteuse (Isabel Sörling) aussi charmante que singulière par son art de la voix retenue et veloutée .

Paul Lay laisse son jeu s’affoler, se défouler, tour à tour caresser les touches par des pianissimos presque inaudibles à des accelerando plus que virtuoses. Temps suspendu.
Et le concert n’en finit plus de se déplier tout en rythme et en finesse... La contrebasse de Matyas Szandai, pilier sacré du jeu, sait s’imposer à juste rythme, d’apparence sourd et discret dans sa couleur. L’instrument sait imposer ses courbes et ses cordes plein d’assurance et de raison, aux lignes de chant ou aux touches du piano, lors de féroces duos complices. La voix d’Isabel Sörling captive l’auditoire par sa tessiture et son accent nordique et sait donner aux paroles un effet rythmique et poétique, étonnant et très attachant.
Près de deux heures et quatre rappels plus tard, on se résigne à accepter la fin de ce concert et saluer trois silhouettes aux regards complices.
Artistes en joie, en grâce et public conquis.