Chronique

Edith Darasse

Brel In Jazz

Edith Darasse (voc), Tony Camilleri (p, synth), Vincent Ghigo (b), Gilles Alamel (dm)

Label / Distribution : Autoproduction

Quand on n’a que le swing… Bel essai de ce groupe de la région marseillaise. S’emparer du répertoire du Grand Jacques n’est pas chose aisée et cet ensemble mené par la chanteuse Edith Darasse ose relever le défi ! Mention spéciale au pianiste/claviériste Tony Camilleri qui, par son sens rythmique et mélodique, pimente les compositions du pianiste du bruxellois, Gérard Jouannest, de notes bleues, sans craindre l’usage du synthétiseur, en digne héritier de Zawinul qu’il est (c’est d’ailleurs lui le maître d’œuvre de ce disque). Magnifiques interventions des solistes invités, redoutables improvisateurs basés en Provence, qu’il s’agisse des guitaristes Alain Soler et Philippe Troisi, ou encore de Philippe Renault au trombone [1], voire de Jean-Luc di Fraya aux percussions.
Quant à Edith Darasse, nourrie aux voix de l’époque glorieuse de la chanson réaliste, elle n’en est pas moins capable de donner aux titres du belge des inflexions bluesy, conférant à ces mélodies ô combien européennes des accents afro-américains –son métier à la tête de divers big bands n’y est certainement pas pour rien ! Il va de soi que la section rythmique est à l’avenant : le contrebassiste fait le job et le batteur… ah le batteur, Gilles Alamel, expert es peaux et cymbales, maître rythmicien dans les pulsations binaires latines ou ternaires swing, il est littéralement habité par le texte et l’esprit du Grand Jacques, en toute modestie et humour, comme il lui sied.
N’en déplaise à certains, c’est du jazz populaire !

par Laurent Dussutour // Publié le 31 mars 2016
P.-S. :

Avec : Jean-Luc Di Fraya (perc), Lamine Diagne (s), Eric Turpin (tp), Philippe Renault (tb), Alain Soler (g), Philippe Troisi (g), Patrick Mouats Canu (tb)

[1par ailleurs responsable de la classe de jazz au Conservatoire de Marseille