Entretien

Kris Davis et les sons trouvailles

La pianiste canadienne Kris Davis enchaîne les projets et les récompenses, enseigne et cherche des « sons trouvailles »

Photo : Tim Dickeson

En français

Madame Davis est une personne posée et sage qui, malgré son doublé Prix de la meilleur compositrice / de la meilleur pianiste au palmarès annuel nord américain de la presse jazz, garde les pieds sur terre. Enseignante au Berklee College of Music, artiste commissionnée à la Triennale de Monheim (reportée en 2021), membre active des groupes de Terri Lyne Carrington ou d’Ingrid Laubrock, elle continue de s’intéresser aux autres, à vouloir partager, transmettre.
En plus de son groupe Diatom Ribbons qui regroupe deux univers musicaux différents avec lesquels elle a travaillé, et qui a été salué par la critique internationale, Kris Davis est aussi au piano dans un quartet étonnant, réunissant les Norvégiens Øyvind Skarbø, Ole Morten Vågan et le Suédois Fredrik Ljungkvist. Enfin, cette année sans scène et sans concert reste quand même une année de succès, puisque sort un duo magnifique avec sa camarade de jeu régulière, la saxophoniste allemande et new-yorkaise Ingrid Laubrock.

In English

Ms. Davis is a calm and wise person who, despite her double award for Best Composer/Pianist in the annual North American Jazz Journalist’s Award, keeps her feet firmly on the ground. Teacher at Berklee College of Music, commissioned artist at the Monheim Triennale (postponed in 2021), active member of Terry Linn Carington’s or Ingrid Laubrock’s bands, she continues to be interested in others, to care, to share, to transmit.
In addition to her group Diatom Ribbons, which brings together two different musical universes she has worked with and which has been acclaimed by international critics, Kris Davis is also at the piano in an amazing quartet, bringing together the Norwegians Øyvind Skarbø, Ole Morten Vågan and the Swede Fredrik Ljungkvist. Finally, this year without a performance or a concert, is still a year of success, since a magnificent duo with his regular playing partner, the German and New York saxophonist Ingrid Laubrock, has been released.

En français

Kris Davis © Tim Dickeson

- D’où venez-vous, musicalement et/ou personnellement ?

J’ai grandi à Calgary, Alberta, Canada et j’ai commencé à jouer du piano à l’âge de 6 ans. J’ai étudié le piano classique jusqu’à 13 ans et j’ai ensuite rejoint le groupe de jazz de mon école secondaire. Peu de temps après, j’ai décidé que je voulais devenir pianiste de jazz professionnelle. J’ai étudié la tradition du jazz pendant de nombreuses années, j’ai fait beaucoup de concerts en jouant des standards de jazz et j’ai finalement atterri sur la scène des musiques improvisées lorsque j’ai déménagé à New York en 2001.

- Vous venez de remporter le prix de la meilleure compositrice et de la meilleure pianiste de l’année 2020 décerné par la Jazz Journalists Association. Qu’est-ce que cela vous rapporte ? Qu’en pensez-vous ?

Je suis vraiment honorée d’avoir été élue compositrice et pianiste de jazz de l’année par l’Association des journalistes de jazz. Les critiques sont des auditeurs passionnés et avertis de cette forme d’art et être reconnue comme une artiste qui a un impact en tant que compositrice et pianiste de jazz, c’est tout simplement époustouflant et c’est une confirmation. J’espère que de nombreuses opportunités découleront de ce prix et que je pourrai continuer à créer et à présenter de nouvelles œuvres qui à la fois interpellent et inspirent le public.

- Vous avez également été sélectionnée pour la Triennale de Monheim, qui a été reportée en raison du confinement. Comment avez-vous vécu cette période de confinement ? À quoi ressemblent les prochains mois pour vous sur le plan professionnel ?

Pour de nombreux artistes, dont moi-même, le confinement a été un coup dur pour mon travail. Je devais jouer pour la première fois en tant que leader au Village Vanguard en avril, avec le groupe de mon nouvel album Diatom Ribbons. Je devais également me produire dans les festivals de jazz canadiens, européens et américains cet été avec Diatom Ribbons. Tout cela a été annulé ou reporté à 2021.
En plus de ces dates en tant que leader, il était également prévu que je présente un projet de film muet en collaboration avec la cinéaste Mimi Chakarova à la Boulez Saal à Berlin en avril et à la Triennale de Monheim en juillet. J’ai également fait annuler plusieurs tournées pour le projet Charlie Parker à 100, dirigé par Terri Lyne Carrington et Rudesh Mahanthappa. Beaucoup de ces dates ont été reportées à 2021 ou annulées.

J’ai toujours détesté me faire prendre en photo et c’est pour cette raison que j’ai décidé très tôt de documenter certains moments par le son plutôt que par des images.

Depuis le confinement, j’ai passé les derniers mois à me détendre et à passer du temps avec ma famille. Mon fils est en primaire et je passe la moitié de la journée à lui faire classe à la maison et l’autre moitié à pratiquer un peu et à faire des exercices. J’ai eu du mal à être créative pendant cette période, alors je me suis concentrée sur le maintien de ma technique en pratiquant la musique classique et en appliquant ma créativité à d’autres activités, comme la cuisine !

- Vous avez participé à de nombreux projets passionnants au cours des deux dernières années. Qu’est-ce qui vous motive tant dans vos choix artistiques ?

Je suis motivée par un moment et les expériences de ce moment, ce que j’apprends, avec qui je travaille, ce que j’écoute et ce qui se passe dans mon monde intérieur et extérieur. J’ai toujours détesté me faire prendre en photo et c’est pour cette raison que j’ai décidé très tôt de documenter certains moments par le son plutôt que par des images.

J’ai pratiquement enregistré un album par an depuis que j’ai emménagé à New York et je considère que ces enregistrements ne sont que des témoignages d’une certaine période. Depuis 2018, mes collaborations se sont considérablement développées et ma vie musicale a pris un tournant majeur lorsque Terri Lyne Carrington m’a demandé de jouer avec elle en 2018. J’ai toujours été fan de son jeu et lorsqu’elle m’a demandé de jouer avec son groupe à Taipei, j’étais vraiment impatiente de voir où cela pourrait mener. Peu après ce concert, Geri Allen est décédée et Terri m’a demandé si je voulais bien jouer une série de concerts en son honneur.

Je ne connaissais pas très bien la musique de Geri, mais je voyais cela comme une occasion d’en apprendre plus sur elle et sur sa musique. Nous avons joué ses compositions - étudier les partitions et jouer la musique est vraiment la meilleure façon de se familiariser avec n’importe quelle œuvre. Terri a senti qu’il y avait un lien entre le jeu de Geri et le mien parce que tous deux étaient versés dans la tradition du jazz aussi bien que dans l’avant-garde et partageaient des influences similaires, de Herbie Hancock à Cecil Taylor.

Kris Davis © Laurent Poiget

Pendant cette période, j’ai demandé à Terri et à Val Jeanty, le DJ qui participait aux concerts en hommage à Geri, de jouer un concert improvisé avec moi pendant ma semaine au Stone à New York. C’était un concert mémorable, le premier concert improvisé de Terri en fait. Après cela, j’ai décidé de faire un album combinant cette nouvelle équipe avec des collaborateurs de longue date, tels que Tony Malaby et Trevor Dunn. Le résultat a été mon dernier album Diatom Ribbons.

il est important de discuter des questions de genre dans le jazz, car c’est ainsi que les gens prennent conscience de ces questions et que des changements progressifs s’opèrent.

En plus de ce travail, Terri m’a offert un poste à Berklee, où elle enseigne, dans son nouvel Institute for Jazz and Gender Justice. J’ai commencé à exercer à Berklee en septembre où j’enseigne avec un ensemble sur l’improvisation libre et avec un autre sur la composition contemporaine. Nous recevons également chaque semestre de nombreux invités qui discutent de questions relatives à l’égalité des sexes et à l’inclusion dans le jazz.

- C’est vraiment intéressant. Dans quelle mesure avez-vous évolué sur les questions de genre dans la musique et le jazz ?

C’est une question qui est souvent abordée dans les interviews et dans l’éducation, domaine dans lequel je suis très impliquée. Je pense qu’il est important de discuter des questions de genre dans le jazz, car c’est ainsi que les gens prennent conscience de ces questions et que des changements progressifs s’opèrent. Dans mon travail, je me concentre sur la discussion de l’égalité des sexes avec les jeunes musiciens, car ce sont eux qui contribueront finalement au changement de paradigme.

- Avez-vous expérimenté des situations concernant les questions de genre dans votre vie de musicienne ? Et maintenant, cela a-t-il changé ?

Bien sûr, il y a une prise de conscience accrue des questions de genre, pas seulement dans la musique mais dans tous les domaines. Je pense que des progrès ont été réalisés, mais, encore une fois, je me concentre sur la jeune génération pour la sensibiliser à ces questions, car je crois vraiment que ce sont eux qui auront un impact important sur le changement.

- Vous jouez une musique très créative et improvisée et les journalistes de jazz utilisent des mots pour la décrire, des mots qui ne parlent pas nécessairement de musique mais d’atmosphère. Lisez-vous les critiques ? Comment trouvez-vous l’approche journalistique de votre travail ?

Je lis les critiques de mes albums - j’apprécie toujours les gens qui prennent le temps d’écouter et d’écrire sur leur expérience de ma musique. En général, je trouve que les journalistes ont toujours soutenu le travail.
Une fois, j’ai entendu le critique Bill Cole raconter une histoire sur Herbie Hancock : Bill avait fait la critique d’un nouvel album qu’Herbie avait sorti dans les années 60 et avait écrit une critique négative. Herbie a alors appelé Bill et lui a demandé pourquoi il avait écrit une critique négative. Herbie a expliqué à Bill combien il est difficile de s’en sortir en tant que musicien et qu’une critique aussi cinglante lui rendrait la tâche difficile pour vendre des disques et lui ferait perdre une partie de ses revenus. Cela a vraiment frappé Bill et il a arrêté d’être critique après cela, réalisant qu’il ne voulait pas contribuer négativement à la carrière musicale de qui que ce soit parce qu’il savait que c’était un chemin difficile à parcourir.

Je pense qu’Ingrid Laubrock est une des compositrices les plus sous-estimées de notre époque

Je ne sais pas si cette pensée affecte les autres critiques, mais je pense qu’il y a une prise de conscience de la difficulté pour les artistes de continuer à sortir des albums, surtout à notre époque. Et si un.e critique n’aime pas ça, il/elle a toujours la possibilité de ne pas évaluer le projet. Je me sens très privilégiée par le fait qu’au fil des ans, les critiques ont soutenu mon travail.

- Vous travaillez depuis longtemps avec la saxophoniste Ingrid Laubrock dans différents contextes orchestraux et vous sortez maintenant un duo intitulé Blood Moon. Que partagez-vous musicalement avec elle ?

Ingrid et moi partageons le même tempérament musical. Je pense personnellement qu’Ingrid Laubrock est une des compositrices les plus sous-estimées de notre époque.

- Pourquoi dites-vous cela ?
Parce que je crois qu’elle n’a pas reçu la reconnaissance dont devrait bénéficier une personne qui a inventé son propre langage et accompli un travail colossal.
J’ai tellement appris d’elle : elle a absolument sa propre voix et un langage unique en tant qu’improvisatrice et compositrice. Nous avons joué pour la première fois dans mon salon il y a 12 ans avec Tyshawn Sorey et il y a eu une alchimie musicale instantanée. J’ai alors su qu’elle serait une collaboratrice musicale importante. Depuis lors, nous avons travaillé ensemble dans de nombreux contextes : elle a joué dans mon groupe Capricorn Climber, j’ai joué dans son groupe Anti-house et son projet d’orchestre, et nous avons commencé à jouer en trio avec Tyshawn Sorey, sous le nom de Paradoxical Frog.

- Vous travaillez, notamment sur ce duo, la composition et l’approche microtonale de l’instrument. Quelle technique utilisez-vous pour cela ?

Je ne connais pas vraiment beaucoup les approches microtonales - je m’intéresse surtout à la réponse du piano aux microtons et j’essaie de trouver comment les encadrer ou les accompagner sur un instrument qui ne peut pas passer instantanément en microtons (mais qui le peut si le piano est accordé de cette façon, comme sur un enregistrement réalisé récemment avec Hafez Modirzadeh).

Kris Davis © Tim Dickeson

- Dans Blood Moon, il y a des sons glissants et d’étranges couches sonores qui ne sont pas habituelles chez un duo de saxophones... d’où cela vient-il ?

Ingrid utilise des microtons dans ses compositions, comme on peut l’entendre dans son morceau « Blood Moon ». Je pense qu’elle a écrit cette pièce parce qu’elle tient toujours compte des joueurs pour lesquels elle écrit : nous avons expérimenté ce genre de sons (microtons sur le saxophone avec le piano) pendant de nombreuses années lorsque nous improvisons, en trouvant un moyen d’encadrer les microtons lorsque nous sommes accompagnées par le piano et quelque chose qui ressemble à notre langage unique en tant que duo.

- Sur le plan technique, que retenez-vous de votre rencontre avec Benoît Delbecq ?

Je continue de faire appel à la technique du piano préparé dans mon travail - j’aime la variété des textures qu’elle permet et Benoît est la personne qui m’a fait découvrir cette possibilité (avec John Cage).
J’aime aussi le fait qu’il crée des sons trouvés, ou imprévus.

les « sons trouvailles » sont devenus importants dans mon approche conceptuelle d’improvisatrice

Certaines formes qui tombent sous la main du pianiste ont un certain son, par exemple, lorsque vous placez votre main en position de do et que les doigts 1, 2, 3, 4, 5 jouent les notes do, ré, mi, fa, sol. Si vous préparez une ou deux de ces notes que je viens de mentionner, vous ajoutez soudain une inconnue au geste en fonction des matériaux que vous utilisez.
Cela peut produire un son percussif, une harmonique qui donne l’impression que vous sautez d’une octave vers le haut pour cette note.
L’ajout de cet élément inconnu lorsque j’improvise correspond à mon approche conceptuelle de l’improvisation en ce sens que je peux faire de la musique à partir de n’importe quoi, et découvrir de la musique dans ce « son trouvaille » est vraiment ce qu’est l’improvisation.

- C’est presque comme improviser dans l’improvisation ! Vous parlez ici de l’essence de cette musique : la surprise, l’inconnu, l’inattendu, le déconcertant. Êtes-vous d’accord ?

Oui. En tant qu’improvisatrice, j’essaie toujours de vraiment improviser, de faire quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. En tant qu’improvisatrice expérimentée, cela devient de plus en plus difficile car on finit par développer un lexique d’idées et de sons. C’est important pour développer son propre langage, mais il y a un équilibre délicat entre le langage personnel et l’utilisation d’un langage qui est vraiment de nature improvisatoire. C’est pourquoi les « sons trouvailles » sont devenus importants dans mon approche conceptuelle d’improvisatrice.

- Pensez-vous qu’il existe une communauté d’esprit, une sororité entre Mary Halvorson, Ingrid Laubrock et vous ? Il existe de nombreux ponts entre vous trois.

Mary, Ingrid et moi jouons ensemble depuis 10 ans maintenant dans divers projets, et nous travaillons toutes les trois ensemble dans le groupe d’Ingrid, Anti-House. Nous venons toutes de milieux et d’expériences différents, mais oui, je pense que nous partageons une communauté d’esprit, en tant que compositrices, improvisatrices, artisanes et preneuses de risques. Il existe un sentiment d’admiration et de soutien mutuels entre nous trois, ce qui est à la fois rafraîchissant et réconfortant. Je pense qu’il faut un certain temps pour trouver ses « gens », surtout à New York. J’étais à New York pendant 8 ans avant de rencontrer Ingrid et Mary Halvorson et quand j’ai commencé à travailler avec elles, ça a été un déclic. J’ai ressenti un sentiment d’acceptation et de soutien qui perdure encore aujourd’hui, même si nous jouons avec d’autres personnes et développons de nouveaux projets.

Kris Davis, dessin Pieter Fannes

- Quelle musique écoutez-vous pour votre plaisir, à la maison ou en voyage ?

J’écoute un large éventail de musiques, d’Andrew Hill à Anderson Paak. De Boulez à Cecil Taylor, de Scarlatti aux oiseaux de la forêt amazonienne. Quand vous avez demandé si la musique fonctionne comme un langage universel, je crois que c’est absolument le cas SI vos oreilles et votre esprit y sont ouverts. Le son organisé est universel - même les sons aléatoires sont universels parce que nous, en tant qu’auditeurs, avons la capacité de l’organiser dans notre esprit. John Cage parle beaucoup de cela.

l’Amérique est pleine de gens merveilleux, passionnés, intelligents, créatifs et généreux. Des gens qui ont du cœur et du bon sens.

- Pendant que nous parlons, il y a cette pandémie en cours - et New York a été durement touchée - et aussi (à nouveau) des manifestations aux États-Unis contre la politique ouvertement raciste de Trump et de ses acolytes. Quelle est votre position en tant que citoyenne ? Avez-vous peur de l’avenir ?

J’en ai le cœur brisé. Déçue.
L’Amérique est brisée. Elle l’est depuis longtemps.
Tous ces terribles événements ne font que révéler l’échec du système. Le racisme. La misogynie. Le manque de respect pour toute vie humaine. L’indifférence à la santé de notre planète. Je me considère comme une personne optimiste, mais j’ai beaucoup de mal à garder espoir ces jours-ci.

D’après mon expérience de ressortissante étrangère, l’Amérique est pleine de gens merveilleux, passionnés, intelligents, créatifs et généreux. Des gens qui ont du cœur et du bon sens.
Lorsque j’ai emménagé à New York il y a 19 ans, je savais que je voulais y rester pour de bon. Depuis que je vis aux États-Unis, j’ai lentement appris par moi-même à quel point le racisme est profondément enraciné dans l’histoire et la culture américaines, surtout en tant que musicienne de jazz qui travaille avec de nombreux Noirs et Métis. J’ai découvert que les droits fondamentaux de l’homme ne sont pas respectés aux États-Unis.

Oui, c’est effectivement une période sombre pour les États-Unis. J’espère qu’un changement réel et durable finira par se produire en levant le voile sur la laideur qui caractérise l’Amérique.

In English

Kris Davis © Tim Dickeson

- Where do you come from, musically and/or personally ?

I grew up in Calgary, Alberta, Canada and started playing piano at the age of 6. I studied classical piano until I was 13 and then joined the jazz band in my middle school. Shortly after joining I decided that I wanted to become a jazz pianist for my career. I studied the jazz tradition for many years, played a lot of gigs playing jazz standards, and eventually landed into the improvised music scene when I moved to New York in 2001.

- You’ve just won the 2020 composer and pianist of the year awards by the JJA. What do you gain from this ? What do you think about it ?

I am truly honored to be voted Jazz Composer and Pianist of the Year by the Jazz Journalists Association. Critics are avid and knowledgeable listeners of this art form and to be acknowledged as an artist who is making an impact as a composer and pianist in jazz is just mind-blowing and affirming. I hope that many opportunities will arise from this award and I will be able to continue creating and presenting new works that both challenge and inspire audiences.

- You have also been selected for the Monheim Biennale, which has been postponed because of the lockdown. How did you spend this special lockdown time ? What does the next few months look like for you professionally ?

For many artists, myself included, the lockdown was quite a blow to my work. I was scheduled to play for the first time as a leader at the Village Vanguard in April featuring the band from my new album Diatom Ribbons. I was also schedule to perform at the Canadian, European and US Jazz Festivals this summer with Diatom Ribbons. All that was cancelled or postponed until 2021. In addition to these dates as a leader, I was also scheduled to premier a collaborative silent film project with the filmmaker Mimi Chakarova at the Boulez Saal in Berlin in April and at Monheim Biennale in July. I also had quite a few tours cancelled for the Charlie Parker at 100 project lead by Terri Lyne Carrington and Rudesh Mahanthappa. Many of these dates have been rescheduled for 2021 or cancelled.

I’ve always hated getting my picture taken and because of this, early on I decided to document certain moments through sound instead of pictures.

Since the lockdown, I’ve spend the last few months taking it easy and spending time with my family. My son is in first grade, and I spend half the day homeschooling him and the other half practicing a bit and exercising. I’ve found it difficult to be creative in this period, so I’ve focused on keeping up my technique by practicing classical music and applying my creativity to other activites, like cooking !

- We have already published a portrait of you in 2018, and you have been involved in exciting projects for the last two years. What motivates you so much in your artistic choices ?

I’m motivated by the moment and the experiences of that moment, what I am learning, who I am working with, what I am listening to and what is happening in both my internal and external worlds. I’ve always hated getting my picture taken and because of this, early on I decided to document certain moments through sound instead of pictures.

I’ve pretty much recorded an album a year since I moved to NYC and I consider these recordings just that, documentations of a certain period. Since 2018, my collaborations have expanded significantly and my musical life took a major shift when Terri Lyne Carrington asked me to play with her in 2018. I was always a fan of her playing and when she asked me to play with her group in Taipei, I was really excited to see where this might go. Shortly after we played that concert, Geri Allen passed away and Terri asked me if I would play a series of Tribute concerts to honor her. I didn’t really know Geri’s music that well, but I looked at it as an opportunity to learn more about her and her music. We played her compositions- studying scores and playing the music is really the best way to become acquainted with any body of work. Terri felt that there were connecting between Geri’s playing and my playing because were both equally versed in the jazz tradition and the avant-garde and share similar influences, from Herbie Hancock to Cecil Taylor.

Kris Davis © Laurent Poiget

During this period I asked Terri and Val Jeanty, the DJ that was part of Geri’s tribute concerts, to play an improvised concert with me during my week at the Stone in NYC. It was a memorable concert, Terri’s first improvised concert ever in fact. After this, I decided to make an album combining this new community I was working with some long time collaborators, such as Tony Malaby and Trevor Dunn. The result was my latest album Diatom Ribbons.

- You play very creative, improvised music and jazz journalists use words to describe it, words that don’t necessarily talk about music but about atmosphere. Do you read the reviews ? How do you find the journalistic approach to your work ?

I do read the reviews of my albums - I’m always appreciative of people that take the time listen and write about their experience of my music. In general, I find journalists have always been supportive of the work. I once heard the critic Bill Cole tell a story about Herbie Hancock- Bill had reviewed a new album that Herbie released in the 1960’s and wrote a negative review. Herbie actually called Bill and asked why he wrote a negative review. Herbie explained to Bill how difficult it is to make a go of it as a musician and that a scathing review like that would make it difficult for him to sell records and hurt is ability to make a living. This really hit Bill and he quit being a critic after that, realizing that he didn’t want to contribute negatively to anyones music career because he knew it was a hard road to travel. I don’t know if this thought affects other critics, but I think there is an awareness of how difficult it is for artists to continue putting out albums, especially in this day and age. And if a critic doesn’t like it, he/she/they always have the option to not review the project. I feel very fortunate that, over the years, critics have been supportive of my work.

it is important to discuss gender issues in jazz, because that is how people become aware of the issues and how gradual change is made.

In addition to this work, Terri offered me a position at Berklee, teaching at her new institute Jazz and Gender Justice. I started teaching at Berklee in September where I teach an ensemble on free improvisation and one on contemporary composition. We also host quite a guests each semester, discussing issues around Gender equity and inclusion in Jazz.

- That’s really interesting. How deep are you evolved in the gender issues in music/jazz ?

It’s an issue that is often discussed in interviews and in education, which I am deeply involved in. My belief is that it is important to discuss gender issues in jazz, because that is how people become aware of the issues and how gradual change is made. In my work, I focus on discussing gender equity with young musicians, because they are the ones that will eventually contribute to the paradigm shift.

- Have you been experimenting situations regarding gender issues in your life as a musician ? And what about now, since #metoo for instance, has it changed ?

Of course there is heightened awareness around gender issues not just in music but in all fields. I feel there is progress being made, but again, I am focusing on the younger generation to create awareness around these issues, because I believe they are the ones who will make a serious impact around change.

I personally think Ingrid is one for the most underrated composers of our time.

- You’ve been working for a long time with saxophonist Ingrid Laubrock in different orchestral contexts and you’re now releasing a duet Blood Moon. What do you share musically with her ?

Ingrid and I are kindred musical spirits. I personally think Ingrid is one for the most underrated composers of our time.

- Why do you say so ?

Because I believe she hasn’t received the recognition that a person who has invented her own language and a huge body of work should receive.
I have learned so much from her : she completely has her own voice and unique language as a improviser and composer. We first played in my living room 12 years ago with Tyshawn Sorey and there was instant musical chemistry. I knew then that she would be an important musical collaborator. Since then we have worked together in numerous settings- She played in my group Capricorn Climber, I played in her group Anti-house and her orchestral project, and we started out playing in a trio with Tyshawn Sorey called Paradoxical Frog.

- You work, notably on this duo, the composition and the microtonal approach of the instrument. What technique do you use for that ?

I really don’t know much about microtonal approaches- I am mostly interested in responding to microtones on the piano and trying figure out how to frame or accompany them on an instrument that can’t instantly shift into microtones (but can if the piano is tuned that way, like on a recording a recently did with Hafez Modirzadeh).

Kris Davis © Tim Dickeson

- In Blood Moon, there are slippery sounds and strange layers of sound that are not usual from a sax piano duo... where does it come from ?

Ingrid writes microtones in her compositions, as can be heard of her tune Blood moon. I think she wrote this piece because she is always considering the players she is writing for : we have experimented with these kinds of sounds (microtones on the saxophone with the piano) for many years when we are improvising, finding a way to frame microtones when accompanied by piano and something that feels uniquely from our language as a duo.

- About technique, what do you retain from your meeting with Benoît Delbecq ?

I still draw from incorporating prepared piano into my work- I like the variety of textures it affords and Benoit was the person who first introduced me to this possibility (besides John Cage). I also like that it creates found or unplanned sounds.

‘found sounds’ have become important to my conceptual approach as an improviser.

Certain shapes that fall under the hands on the piano have a certain sound, for example, when you place your hand is C position and fingers 1 2 3 4 5 play notes C D E F G. When you put your hand in that position, your ear recognizes the sound in connection with the physically of that gesture. If you prepare one or two of those notes I just mentioned, you suddenly add an unknown to the gesture based on what materials you are using. It might produce a percussive sound, it might produce a harmonic that sounds like you are jumping one octave up for that one note. Adding this element of the unknown when I’m improvising fits with my conceptual approach to improvising in that I can make music out of anything, and finding the music in that ‘found sound’ is truly what improvising is about.

- It’s almost like improvising into improvisation ! you talk here about the essence of this music : the surprise, the unknown, the unexpected, the bewildering. Do you agree ?

Yes. As an improviser, I am always trying to truly improvise, doing something I’ve never done before. As an experienced improviser, that becomes more and more difficult because you start to develop a lexicon of ideas and sounds. This is important in order to develop one’s own language, but there is a fine balance between one’s personal language and using it in a way that is truly improvisatory in nature. That is why ‘found sounds’ have become important to my conceptual approach as an improviser.

- Do you think there is a community of spirit, a sisterhood between Mary Halvorson, Ingrid Laubrock and you ? There are many bridges between the three of you.

Mary, Ingrid and I have played together for 10 years now in a variety of projects, and all three of us work together in Ingrid’s group Anti-House. We all come from a variety of backgrounds and experiences, but yes, I think we do share a community of spirit, as composers, improvisers, crafters and risk takers. There is sense of mutual admiration and support between the three of us, which is both refreshing and comforting. I think it takes a while to find your ‘people’ especially in New York. I was in New York for 8 years before I met Ingrid and Mary and when I started working with them, it just clicked. There was a sense of acceptance and support that I felt and that still continues to this day, even as we play with other people and develop new projects.

Kris Davis, dessin Pieter Fannes

- What music do you listen to for your pleasure, at home or when you travel ?

I listen to a wide range of music, from Andrew Hill to Anderson Paak. From Boulez to Cecil Taylor, from Scarlatti to birds in the amazon rain forest. When you asked if music functions as a universal language, I believe it absolutely does IF your ears and mind are open to it. Organized sound is universal - even Random Sounds are universal because we as listeners have the ability to organize it in our minds. John Cage talks a lot about that.

America is full of wonderful, passionate, intelligent, creative, generous people. People with heart and gumption.

- While we’re talking, there is this pandemic going on - and NYC was badly hit - and also there are (again) protests in the USA against the openly racist politic of Trump and his fellows. What is your position as a citizen ? Are you afraid of the future ?

Heartbroken. Frustrated.
America is broken. It has been for a long time. All of these terrible events are just exposing the failed system. The racism. The misogyny. The lack of respect for all human life. The indifference to the health of our planet. I consider myself an optimist but I find it very difficult to feel hopeful these days.

In my experience as a foreigner, America is full of wonderful, passionate, intelligent, creative, generous people. People with heart and gumption. When I moved to NYC 19 years ago, I knew I wanted to stay for good. In my time living in the US, I’ve slowly learned first hand just how deep seeded racism is in the history and culture in the US, especially as a jazz musician who works with many black and brown people. I’ve learned that basic human rights are not valued in America. Yes, It is indeed a dark time for the United States. My hope is that eventually real and lasting change will come from removing the veil on the ugliness that is America.