Chronique

Anthony Braxton

Quintet (Basel) 1977

Braxton (as, sopranino-s, cl), George Lewis (tb), Muhal Richard Abrams (p), Mark Helias (b), Charles « Bobo » Shaw (d).

Label / Distribution : Hatology / Harmonia Mundi

Première édition d’un concert enregistré à Bâle le 2 juin 1977 : cette musique a donc attendu près de 27 ans pour nous parvenir en disque, et elle s’impose avec une fraîcheur étonnante. Entre un concert en duo avec Chick Corea (« Steps Out », Freedom FLP 41901) et les pièces en très grand orchestre de l’année 78, il y a donc eu l’expérience de ce quintet avec George Lewis, compagnon alors régulier du saxophoniste – il avait en quelque sorte succédé à Kenny Wheeler dans le quartet avec Barry Altschul et Dave Holland - et Muhal Richard Abrams, qui entretient avec Anthony Braxton des rapports constants mais en pointillé, puisqu’il l’a fait débuter au disque dans « Levels and Degrees of Lights » (Delmark 413, 7 juin 1967, premier enregistrement du cofondateur de l’AACM), avant de le retrouver, entre autres sessions, chez Woody Shaw, puis dans les fameux duos de 76. Quant à la paire Mark Helias et Charles « Bobo » Shaw, elle ne se retrouvera plus jamais – à notre connaissance – dans les formations de Braxton, et elle y fait donc ici une apparition d’autant plus remarquable.


La musique (quatre compositions d’Anthony Braxton, 69 J, 69 N/G, 69 M, 40 B) se déploie entre travail sur la texture des sons, des timbres et l’élasticité du tempo, d’une part, et pièces plus classiquement et rythmiquement construites, un peu dans l’esprit d’un Charles Mingus, d’autre part. On appréciera surtout l’énergie vibrante du leader au sopranino, la qualité des compositions du même, la justesse hallucinante de George Lewis, tromboniste virtuose, capable de délicatesses extrêmes et de sursauts rageurs, et le jeu à la fois souple, rebondissant et attentif de Charles « Bobo » Shaw à la batterie. Mark Helias fait entrevoir lui aussi de très belles qualités, et c’est Muhal Richard Abrams qui reste seulement un peu en retrait dans cette affaire. Ecoutez ce disque aujourd’hui, et vous y entendrez bien des choses qui font encore, non seulement l’actualité, mais les choux (gras ?) de nombre de nos musiciens avancés.