Scènes

Jazz à Luz : la musique de la pluie

Le 23e festival Jazz à Luz s’est tenu dans les Hautes-Pyrénées du 12 au 15 juillet. Un mois avant, des crues exceptionnelles avaient causé d’énormes dégâts dans la vallée.


Le 23e festival Jazz à Luz s’est tenu dans les Hautes-Pyrénées du 12 au 15 juillet. Un mois avant, des crues exceptionnelles avaient causé d’énormes dégâts dans la vallée. Depuis Lourdes, en montant vers Luz-Saint-Sauveur par la RD 921, on voit les stigmates des violentes crues du 18 juin : portions de routes avalées par le gave en furie, berges dévastées, étendues de pierres monstrueuses sorties du lit des cours d’eau.

Ce 12 juillet, à l’auditorium de la maison de la Vallée, en ouverture de Jazz à Luz 2013, David Chiesa et Mathieu Werchowski, contrebasse et alto, jouent une musique tout en retenue et en tensions, évoquant les drones pour cordes de La Monte Young. Les deux instruments s’imbriquent comme des hélices d’ADN, tirent avec délicatesse et précision le fil d’un long continuum dans lequel s’entend la nature et la pluie, la puissance menaçante des éléments. Un long filet sonore termine l’improvisation, comme une renaissance au silence. A la sortie de la salle, un orage éclate. Chaque soir, entre 18 et 22 heures, les spectateurs seront douchés par les caprices du ciel, sans que leurs ardeurs ne partent avec l’eau du bain. La précision métronomique de cette météorologie, durant tout le festival, à aucun moment ne faiblira.


JPEG - 12.7 ko
D. Chiesa et M. Werchowski : sur le fil du rasoir

Sous le chapiteau du Verger, samedi soir, le trio composé de la Française Sophie Agnel (p) et des Britanniques Steve Noble (dr) et John Edwards (b) propose une des plus intéressantes improvisations de groupe de cette édition. Sophie Agnel ne joue pas du piano. Elle le transporte dans une autre dimension. Souvent debout, tournant suffisamment le dos au public pour n’être qu’avec son instrument, elle se tient dans la tresse tendue par basse et batterie. Penchée dans le cadre, un attirail d’objets stimulant les cordes, elle avance dans les paysages ravinés d’une musique en perpétuelle évolution, méditative et imaginative, parfois violente.

« J’aurais voulu qu’on écoute la pluie »

Noble et Edwards sont d’extraordinaires musiciens. Ils portent, avec cette nonchalance toute britannique qui leur ferait mâcher du chewing-gum en finale d’un 100 mètres olympique, tout l’art du jazz, de son swing, de son blues, cette émotion du sentiment profond. Nous sommes pourtant ici dans l’improvisation la plus pure. Jamais dans l’abstraction absconse. Dans les plus forts moments d’inspiration du trio, on entend le roulement des gaves et on en perçoit chaque détail, goutte d’eau et embrun, pierre qui roule.


JPEG - 25.4 ko
Agnel, Edwards, Noble : à table avec les éléments

Il est l’heure : les éléments s’invitent au concert. Le vent s’engouffre sous le chapiteau, les toiles et les câbles de la structure métallique claquent, les chapes de pluie résonnent. Des têtes se lèvent et se tournent. La tension monte sur scène. De cette pluie, Sophie Agnel fait musique, jusqu’à l’extinction des instruments. Alors qu’elle fait silence, toujours penchée à l’affût des cordes, un applaudissement contagieux éclate dans la salle. Le son de la pluie est congédié. Elle dira le lendemain au micro d’Anne Montaron : « J’aurais voulu qu’on écoute la pluie, seule, pendant quelques minutes. »

Piano encore. Solo cette fois. Lundi soir, en clôture du festival, le chapiteau reçoit Craig Taborn. Décontraction, à l’américaine : jean et chemise à carreaux, visage juvénile de quarantenaire. Taborn n’a besoin que de deux notes. Pour commencer. De là, il développe des motifs, complexifie, cherche la résonance, monte en puissance. Son jeu se déploie, terriblement percussif, cousin d’un Cecil Taylor minimaliste qui aurait inoculé un virus technoïde à son free-bop. Taborn, il est vrai, tâte par ailleurs de l’électronique.

Crunch, crochets et ovation

Ce coup-ci, ce n’est pas l’orage, ni la pluie, ni le vent qui viennent jeter leur grain de sable dans la mécanique de cette musique. Il y a de la friture dans la sono. Subrepticement, un vilain craquement électrique se glisse sous les notes : crunch ! En sus, un buzz capricieux persille les enceintes. Imperturbable, le pianiste suit son chemin, évite crochets et croc-en-jambes, jusqu’au bout. Taborn hypnotise son monde. Ovation, debout.


JPEG - 17.6 ko
C.Taborn : la mécanique des fluides

Piano toujours. Samedi après-midi, premier arrêt d’un parcours musical qui propose des concerts d’une vingtaine de minutes à travers la ville : cours, camping, placettes, recoins de pierre. Un patio fleuri. On se tasse. Les plus chanceux à l’ombre, les autres dans le cagnard. Bruno Ruder, ex clavier de Magma et CV fourni par ailleurs, air post-ado, fait fleurir sous ses doigts une improvisation élégiaque aux parfums d’impressionnisme et de minimalisme, rehaussée de touches pastel jazzy. L’un de ces moments impromptus que seuls recèlent les festivals, tels Luz, ouverts sur l’inattendu.

Autre moment volé aux scènes « réglementaires ». Nicolas Lafourest, guitare électrique solo, branché sur un ampli, au bord de la route étroite qui grimpe le long des thermes au-dessus du gave de Gavarnie, précisément avenue de l’Impératrice Eugénie. Quelques minutes, savoureuses, réverbérant une americana à la John Fahey, vaporeuse. Simple, beau, parfait. Nous en sommes à la seconde balade de cette édition, partie dimanche matin le long des fossés avec la cueilleuse de plantes et fleurs sauvages, Pascale Ferrari. On mâche pimprenelle au goût de concombre, marjolaine, pulmonaire et autres pétales comestibles, avant un pique-nique endémique, tout végétal, le public allongé dans l’herbe du pont de Gontaut. Luz, là, est un paradis.

Feux et féerie

Luz, c’est du folklore. Noble et viscéral. Une communion populaire. Vendredi soir, la compagnie pyrotechnique La Machine, dirigée par Pierre de Mecquenem, entraîne le public dans une procession silencieuse et ébahie. Dans les ruelles sombres du village, des braseros sont allumés. Des balles de paille en feu, au sol, ouvrent un chemin dans la nuit avancée. Il est près de minuit. Festivaliers, vacanciers, habitants, familles et enfants grossissent le cortège. Féerie et âcres fumées. On sent la chaleur des flammes. Ambiance de rite primitif venu du fond des âges. De longues notes électriques résonnent et tournent dans l’auditoire. Provenance inconnue. Un homme fend la foule, un chalumeau brandi devant lui. Frissons et sueurs. Tirés à flanc de colline, des feux d’artifice illuminent la vallée. On distribue torches et lanternes aux processionnaires. Le cortège s’élève sur les pentes qui mènent à la chapelle Solférino. Là-haut, sur la colline vacillante dans la lueur des flammes, sur les marches de l’église, David Chiesa et Jean-Sébastien Mariage, contrebasse et guitare acoustique, épinglent leurs abstractions raffinées dans le souffle du vent, les craquements de bois, le frémissement des feuilles. On est cueilli sous le ciel nocturne.

« Embrassez-vous »


JPEG - 10.3 ko
S. Janvin Motland : voix à part

Luz réinvente le folklore, c’est-à-dire l’art populaire. Mieux encore, le bal. Samedi soir, après l’averse, l’orchestre d’improvisation Brutla est rapatrié d’urgence sous le chapiteau. La scène du Verger, initialement prévue, a les pieds plantés dans la boue. Brutla, donc, avec joie et brio, ranime une tradition du bal en voie d’extinction. Il fallait voir le saxophoniste Marc Maffiolo prendre le micro dans un numéro d’humour pince sans rire tout droit sorti d’un film de Kaurismaki, et susurrer au public qui valsait et en redemandait : « Embrassez-vous ». Tout était dit, tout était là.

Autre baiser : celui, délicat, déposé lundi matin par la vocaliste Stine Janvin Motland dans les oreilles du public de l’Auditorium de la Vallée, lors d’un extraordinaire solo. Par ce chant qui est au-delà de la voix, cette jeune artiste norvégienne convoque des chants tribaux et des berceuses primitives, des stridulences qui se marient aux gazouillis des oiseaux s’infiltrant à travers les murs. Dans sa bouche s’entendent des écoulements d’eau, d’hallucinants dédoublements de voix. On ne rêve pourtant pas.
Dans cette même Maison de la Vallée, en ouverture du festival, le directeur de Jazz à Luz, Jean-Pierre Layrac, avait dit : « Les intempéries du 18 juin ont été d’une extrême violence et nous ont laissés sous le choc. Mais les gens ont tenu à faire le festival. Il y a eu une mobilisation incroyable face aux énormes dégâts causées par les crues. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est grâce à tous les habitants. C’est assez exceptionnel et c’est surtout magnifique. » En effet.