Scènes

Lubies Vibrantes à l’UBI (Rouen)

Le collectif des Vibrants Défricheurs organise tous les premiers jeudis du mois une Lubie Vibrante. En décembre, ils accueillaient le tromboniste Fidel Fourneyron et le trompettiste Aymeric Avice autour du contrebassiste Thibault Cellier.


Photo : Franpi Barriaux

Espace artistique mutualisé qui a ouvert ses portes à Rouen dans le courant de l’année 2014, UBI est un lieu durable ou le bouillonnement artistique de la capitale normande peut enfin se poser et échanger. C’est donc tout à fait naturellement que le collectif des Vibrants Défricheurs organisent tous les premiers jeudis du mois une Lubie Vibrante, qui en cette glaciale soirée de décembre, accueillait le tromboniste Fidel Fourneyron et le trompettiste Aymeric Avice autour du contrebassiste Thibault Cellier.

Fidel Fourneyron n’est pas rouennais, mais c’est un habitué des lieux. Depuis plusieurs années en effet, il côtoie les Vibrants Défricheurs et joue avec Thibault Cellier dans Oh Yeah, l’évocation de Mingus par Papanosh. Aymeric Avice, quant à lui, est son comparse au sein de Radiation 10. C’est donc avec confiance que le trio se lance dans une improvisation libre.


JPEG - 102.6 ko
Aymeric Avice © F. Barriaux

Le premier mouvement travaille avec une grande finesse la masse du silence, profitant de la grande proximité avec le public. Les deux embouchures jouent avec le souffle granuleux pendant que l’archet caresse les cordes comme pour en chercher chaque aspérité. Le jeu incessant des sourdines donne beaucoup de relief à l’ensemble. C’est un rapport de force, une conquête de territoire de chacun des solistes qui se ferait tout en douceur. Il n’y a pas de heurts, seulement des frottements, parfois tendus, qui permettent notamment à Fourneyron de démontrer toute sa technique.

Après un deuxième morceau plus explosif, plus fragmenté aussi lorsque Cellier agite la discussion par des pizzicati nerveux, le trio se lance dans une reprise du troisième mouvement du Bossa Super Nova de Radiation 10 ; on retrouve le timbre métallique d’Avice au bugle, qui illumine un morceau entêtant. La contrebasse est un pivot autour duquel les deux cuivres s’enroulent avec agilité. Le plaisir manifeste que le trio affiche à l’occasion de cette fugace rencontre donne envie d’en entendre plus. Ce qui est loin d’être une lubie.