Entretien

Rick Countryman et les batteurs

Rick Countryman évoque ses rencontres avec Sabu Toyozumi, Gregg Keplinger, et parle des figures tutélaires de la batterie et de la scène européenne

Rick Countryman en selfie

On trouvera dans la première partie de l’entretien, une brève biographie, un lien vers sa discographie et l’évocation de ses rencontres avec les batteurs Christian Bucher et Royal Hartigan. Aujourd’hui, l’entretien se focalisera sur Sabu Toyozumi et quelques autres avant d’évoquer la scène européenne

-Et Sabu Toyozumi ?

Le contact avec Sabu a été directement conseillé par Julien Palomo. J’essayais de comprendre comment me connecter au Japon, ce qui est difficile, je le sais. Julien Palomo m’a dit que le mieux serait de choisir directement le meilleur musicien, Sabu. L’ironie est que Sabu aime voyager aux Philippines et nous ne nous sommes jamais encore retrouvés au Japon.

Rick Countryman et Sabu Toyozumi © Tengal

De la manière la plus positive, la plus belle et la plus zen du monde, Sabu ne vous donne « rien ». Vous êtes complètement libre d’être vous-même, de vous exprimer, mais ce n’est pas aussi anodin que cela en a l’air.
L’objectif et le soutien de Sabu concernent la musique, l’instant, l’intégrité de la création, et non pas particulièrement l’interaction avec les autres joueurs. Les interactions sont un phénomène naturel de sa connexion avec la musique. Nous ne parlons jamais de notre musique avant de jouer, et rarement directement après, sauf pour reconnaître le moment.

Le premier enregistrement commun fut Préludes et Prépositions, chez Chap-Chap CPCD-013. J’en étais resté à l’écoute de sa musique avec Mototeru Takagi (If Ocean Is Broken). Lors de notre rencontre j’ai été surpris par l’ampleur de ses dynamiques. Il en est allé de même pour l’ingénieur du son, qui a décrit cela comme une partition de film (l’amplitude est, je pense, beaucoup plus large). Sabu était sans aucun doute un défi à enregistrer ce soir-là.
Les CD et les disques ne capturent pas pleinement toute sa gamme dynamique. Vous devriez entendre Sabu Toyozumi en live pour ça !
A propos, j’ai enregistré une sélection en live avec Christian, une forme de prolongement de ma leçon de cette nuit avec Sabu, intitulée « The Dynamic Range of Expression » (CPCD-014.)

Après notre performance en trio, enregistrée dans Chasing the Sun, et dans l’attente de la sortie de Turtle Bird, Sabu a déclaré qu’il s’agissait d’une « grande performance » et d’une « bonne soirée », une rare interjection sur notre musique et notre jeu. Nous discutons parfois de la musique à propos des CDs que nous avons publiés. Sabu dit que je ne suis pas un Américain normal, mais que j’aime raconter des histoires à travers mon jeu.
Les discussions avec Sabu conduisent généralement à des histoires amusantes sur les événements passés et présents. 

-D’autres drummers ou d’autres musiciens avec qui vous aimeriez jouer ?

Je préfère généralement jouer-converser avec des batteurs.
J’aime aussi le tabla... J’ai déjà fait quelques essais avec la flûte alto et le tabla, mais pas assez avec le sax alto.

j’allais tous les jours dans sa cabane sous l’autoroute et nous restions à jouer en duo pendant des heures

Avant de préciser mes futurs souhaits, je voudrais parler d’un gars, Gregg Keplinger (batteur, bien sûr) avec qui j’ai joué à plusieurs reprises il y a plusieurs décennies. Mon jeu à l’époque était énergique, mais loin d’être mature. Cependant, j’allais tous les jours dans sa cabane sous l’autoroute et nous restions à jouer en duo pendant des heures. Conversation minimale. Aucun de nous n’était un grand causeur.

Gregg était profondément accro à Elvin Jones et les albums de Coltrane passaient en permanence chez lui. Sa cabane comportait une batterie, une petite cuisine, une douche et un espace de travail.
Gregg fabrique la caisse claire Keplinger. Il prétendait qu’Elvin en avait plusieurs. Gregg était ami avec Elvin et son épouse Keiko. Keiko a appelé Gregg à la mort d’Elvin pour lui dire qu’il y avait deux appartements à New York remplis d’équipements de batterie. Gregg s’envola le lendemain...
Gregg était et est un batteur d’une inspiration incroyable, et étrangement, un mentor. Son style était intense, inspiré d’Elvin. Il avait un grand sens de la tension et du relâchement, et c’était beau à construire et à construire encore, jusqu’à l’énorme WAH...
Gregg est toujours assez actif, mais reste centré sur la scène de Seattle. Son approche, assez forte et agressive (et créative), n’a pas été très populaire dans ce pays, mais il y est toujours réputé.

Lui aussi est un batteur au réglage impeccable, peut-être l’influence d’Elvin, des idées claires et du temps. A ce moment-là, j’étais content d’écouter les sons qu’il tirait de sa batterie. Je suppose que c’est pourquoi il peut vendre des caisses claires.
Je l’ai rencontré à quelques reprises lors de visites de retour dans la région de Seattle. Mon frère vit dans une ville voisine, mon objectif est donc d’y aller quand je peux. Cependant, je n’ai pas essayé de monter un projet avec lui lors mes visites. Je dois travailler là-dessus ... Gregg et moi restons en contact, et je lui envoie habituellement de nouvelles choses au fur et à mesure que je les produis.

Rick Countryman en studio © Mark Estandarte

Les batteurs avec lesquels j’aurais souhaité jouer ?
D’abord, Elvin Jones... J’ai perçu tellement de nuances du jeu d’Elvin, via Gregg, et même à présent via Royal, que je suis satisfait. Je pense que si j’avais eu un contact direct, je serais un petit tas de cendres (trop près du soleil). En quelque sorte, je l’ai entendu vivre plusieurs fois et j’ai aussi vu des cendres sur scène.

Bien sûr, aucune surprise ni explication requise, Rashied Ali. Rien à dire, sauf que j’en ai aussi eu des saveurs à travers Sabu et Christian. Christian a entendu Ali en live, mais pas moi. Sabu a eu une belle aventure en jouant pour le groupe de Coltrane au Japon. Rashied Ali est venu ensuite et a joué un peu sur la batterie de Sabu. Il pense qu’il pourrait s’agir du premier moment de batterie de jazz free au Japon.

Edward Blackwell ! Encore une fois, j’ai eu l’occasion de jouer avec un de ses élèves, Royal Hartigan... J’ai écouté, et j’aime toujours, les enregistrements de Dolphy Live at the Five Spot. Ce quintet entier ! Blackwell avec Dolphy est si profond pour moi. J’aurais aimé au moins entendre Blackwell en direct. Je me demande souvent ce qu’aurait pu être Out to Lunch avec Blackwell et Booker Little.

la musique n’est pas un sport olympique

C’est une courte liste ...
Pour les batteurs actuels, comme vous le constatez, je suis en contact avec des joueurs sérieux. J’évite les « meilleures » conversations. Sabu et moi avons convenu que la musique n’est pas un sport olympique.
Je me demande quand Sabu et moi pourrons jouer à nouveau ensemble. Comme je l’ai mentionné, ce serait formidable de contacter à nouveau Gregg Keplinger. Royal et moi avons plusieurs dates que nous espérons pour 2020, avec Akoma, et je sais que Christian reviendra en juillet.
Je vais devoir continuer à lire vos critiques de CD et à avoir une vue plus large de qui fait quoi !

-Et pour le batteur d’aujourd’hui ?

Nous avons parlé de Mathieu Bec. Il y a tellement de joueurs fantastiques maintenant, même si je ne les connais pas tous. Il est donc très difficile d’en citer. Les batteurs de jazz free ne sont pas courants en Asie, en dehors du Japon. 

Rick Countryman
extrait de la vidéo Akoma

- Avez-vous d’autres projets comme des duos avec d’autres instruments à anche ou trompette ou un projet solo (comme vous l’avez déjà fait) ?

J’ai commencé à penser au solo, même si j’aime les interactions, le goût des autres.
Pour le premier et unique enregistrement en solo, je n’étais pas préparé mentalement. Bien que j’aie apprécié le résultat, il n’en va pas de même à propos du processus.

J’ai quelques pistes pour aborder le solo à l’avenir, mais ce format n’est pas une priorité.
J’ai aimé jouer avec un saxophoniste à Kuala Lumpur, Yandsen Yong. Il est assez inventif dans le monde des techniques étendues. Bien que nos sons soient assez différents, son approche et son attitude sont tout à fait compatibles avec les miennes. Nous ferons un duo dans quelques semaines pour le festival KLEX.
En fait, il y a beaucoup de musiciens dans la région parisienne qui m’intriguent. Alors je vais aller de l’avant et nommer nos amis. Espérons qu’un jour je pourrai voir et jouer avec Michel Kristof et Julien Palomo.
Et me connecter avec Oki-san serait probablement une autre grande leçon de musique dans la vie.

- Quelles bonnes idées ! Et que pensez-vous d’un duo avec une contrebasse ?

Je pense que le violoncelle serait plus attrayant, mais je n’en connais aucun. J’ai parlé à Simon de faire un duo quand il n’y a pas de batteurs, mais il est peu intéressé. Malheureusement, le duo basse et saxophone me fait craindre des moment où l’on joue des standards sans trop s’impliquer, et avec peu de résultats. Pas les meilleurs souvenirs. J’ai apprécié les duos avec Sabu au erhu. Je crois que je vais aller davantage dans cette direction.

- Dans l’hypothèse d’une venue à Paris, qui aimeriez-vous rencontrer d’autre ?

Makoto Sato ...

Je pense que si vous me demandiez encore une fois, après en avoir eu le temps, la liste serait longue...
Oui, Sabu. C’est ma vraie réponse à la question de savoir avec qui j’aimerais jouer ensuite. J’aimerais pouvoir obtenir le financement nécessaire pour l’amener avec moi en France, ce serait quelque chose ! J’ai beaucoup appris à jouer avec lui et je peux entendre l’évolution entre les sessions.
Un nom que je n’ai pas mentionné est John Russell. Sabu et lui ont fait des trucs qui me tuent. J’ai toujours pensé qu’un format de quatuor traditionnel, mais avec Simon, John et Sabu, pourrait être extrêmement intéressant. Je n’ai pas les fonds, mais j’ai adoré l’idée.