Tribune

Une carte postale pour Toots Thielemans


Toots Thielemans par Pieter Fannes

JPEG - 148 ko

Voici une carte postale.
Sur le portrait en filigrane de Toots Thielemans, harmonica en main dans une posture familière du jazzman belge qui nous a quittés à 94 ans le 22 août dernier, un poème de Herwig Verheyen qui fut traduit par notre ami et collaborateur Philippe Schoonbrood en guise d’hommage au compositeur de « Bluesette » et lu peu de temps avant un concert au festival Jazz aux Remparts de Bayonne.


JPEG - 53.6 ko

Cette carte fut distribuée à l’occasion d’un hommage du Ministère de la Culture belge à l’un de ses plus beaux fleurons. Pas n’importe où : chez Toone, un théâtre de marionnettes, institution de la Petite rue des Bouchers, non loin de la Grand Place de Bruxelles. Pas avec n’importe qui, le ministre évidemment, mais surtout des figures de cette ville fondamentalement populaire comme Arno, ou des musiciens comme Marc Moulin.
Le Bruxelles de Toots était à l’image de sa musique : ouvert, généreux et turbulent.
Le roi l’avait anobli, mais c’est sa carrière qui a tressé la couronne, en témoigne ce Jazz Masters de la prestigieuse National Endowment for the Arts [1] en 2009. Car la majeure partie de sa carrière se fit outre-Atlantique.
Faire la liste de ses collaborations et de ses filiations depuis les années 1950 avec Benny Goodman, c’est embrasser la carte du monde, de Charlie Parker à Ray Charles en passant par Zoot Sims ou Bill Evans. Toots Thielemans restera également un homme de cinéma, de Macadam Cowboy au Guignolo ou son harmonica reste associé aux images.


JPEG - 119.1 ko

L’enfant des Marolles, le quartier populaire de la ville, a commencé par l’accordéon avant de le troquer pour un harmonica et une guitare. Comme un certain Django Reinhardt. Entre les Marolles et la Place De Brouckère il y a à peine deux kilomètres. Il y a aussi toute une mémoire du jazz qui vient de s’éteindre. Alors, il reste ses disques et cette carte postale…
« Sa musique pleure, implore, se plaint et prie ».
Tout comme nous autres.

par Franpi Barriaux // Publié le 21 août 2016

[1Fonds National pour les Arts, fondé en 1965.