Scènes

Sarabande originale : Courtois / Erdmann / Fincker

Concert de Vincent Courtois, Daniel Erdmann et Robin Fincker au Pannonica.


Photo Michael Parque

Salle pleine ce mercredi 11 octobre dans le club nantais pour le trio de Vincent Courtois. L’écoute attentive du public trouve sa cause dans un répertoire délicat, la proximité entre salle et scène participant à créer un moment d’intimité.

JPEG - 61.2 ko
Vincent Courtois, photo Michael Parque

Vincent Courtois conduit ce trio depuis 2012. A l’époque il signait Mediums, musique hommage à une enfance passée dans les cirques. Aujourd’hui, le lien à l’imaginaire, vécu ou fantasmé, est toujours de mise. Attiré par les mélodies de films issus du patrimoine, il déroule avec Bandes Originales un nouveau répertoire et prolonge l’aventure à trois.

L’entente dans cette formation atypique (deux saxophones ténors et un violoncelle) n’est pas que musicale. Humaine, certainement ; de goût et de valeurs sûrement, elle se caractérise par une entame de concert d’une intensité rare qui voit la sueur perler au front de nos protagonistes au bout de quelques minutes seulement.

Revisiter en leur compagnie des pellicules grand écran, vues ou non, provoque dès lors une nostalgie au bien-être immédiat. Les musiques du Ballon rouge, Plein soleil, Hiroshima mon amour signées Maurice Leroux, Nino Rota, Giovanni Fusco évoquent des visages, des mouvements de caméra, rappellent des histoires anciennes. Un monde d’émotions que la chaleur des timbres entretient tout le long du concert.

Le son de Daniel Erdmann et Robin Fincker est épais, granuleux. Leur complémentarité, autant que leur similitude, tissent de soigneuses étoffes. Des bribes de phrases, des flammèches s’en échappent, sans jamais imposer un discours magistral ou intrusif. Le violoncelle chante, sur le même plan, assumant basse ou mélodie. Vincent Courtois sourit, son archet tire un trait d’union entre ses deux partenaires. Le concert s’achève sur les envolées lyriques du film E.T. Nous sommes des enfants qui montent vers la lune.
Le cinéma comme mémoire collective, la musique comme medium.