Chronique

Trio 3 à la rencontre du piano

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

Quand un groupe mythique rencontre deux pianistes charismatiques…

Le Trio 3 représente tout un pan de l’histoire du jazz, mais une histoire qui se perpétue encore aujourd’hui. Oliver Lake est l’un des fondateurs du Wolrld Saxophone Quartet, Andrew Cyrille fut le compagnon de route de Cecil Taylor ou Horace Tapscott ; quant à Reggie Workman, il accompagna John Coltrane, Art Blakey et Wayne Shorter. La musique du trio traverse tous les courants, vibre passionnément et reste d’une fraîcheur étonnante quand on connaît l’âge des trois musiciens (Lake est né en 1944, Cyrille en 1939 et Workman en 1937) ! Pour ces deux nouveaux disques parus sur le label Intakt, ils partent à la rencontre de deux pianistes.

Trio 3 & Irène Schweizer - Berne Concert (Intakt, 2009)

La rencontre entre le Trio 3 et la pianiste suisse Irène Schweizer rassemble deux pans de l’histoire du jazz : d’un côté trois musiciens américains, figures emblématiques d’un jazz libertaire marqué par les revendications des années 60 et 70, et de l’autre, une des figures les plus remarquables du jazz européen, qui allie avec bonheur les influences des deux continents.

Enregistré lors d’un concert à Berne en 2007, ce disque est organisé comme un véritable work in progress : sur les sept morceaux qui le composent, trois sont en quartet, trois présentent la pianiste en duo avec chacun des trois membres du Trio 3, et un est en trio saxophone / contrebasse / batterie [1].

À l’écoute de ce live, on sent bien le naturel avec lequel la pianiste s’intègre dans l’univers du trio, partage ses aspirations et enrichit sa musique, comme si ces quatre-là avaient toujours joué ensemble. Chacun des duos permet d’apprécier la complicité qui la lie avec, tour à tour, saxophoniste, contrebassiste et batteur. D’inspiration différente, ce sont de véritables pépites d’improvisation. Mais le morceau le plus abouti, le plus représentatif reste « Aubade » (Andrew Cyrille), dont la partie centrale est une belle leçon d’écoute mutuelle et d’interaction. De même, l’annonce de la reprise du thème final par le batteur est une géniale leçon de batterie. Berne Concert comporte tous les ingrédients des grands disques, à quoi s’ajoute une complémentarité étonnante entre la volubilité de Lake, sa sonorité tranchante, déchirante et acide, le piano taylorien de Schweizer, la puissance et la maîtrise de Workman et le swing free inlassable de Cyrille. Un grand disque issu d’une vraie rencontre.


Trio 3 & Geri Allen – At This Time (Intakt, 2009)

Autre pianiste, autre génération, autre « background ». Geri Allen est l’invitée de nos trois jeunes premiers plus que sexagénaires pour At This Time, un enregistrement réalisé en studio en 2008 après une série de concerts new-yorkais.

Là où le Berne Concert proposait différents modules, cette rencontre-ci est un vrai quartet tout au long de l’album. At This Time, c’est la traversée de cinquante ans de jazz : hommages aux grandes figures - Alice Coltrane et le magnifique « Swamini », Eric Dolphy et la reprise de son « Gazzeloni » (on pense à Monk) avec un Andrew Cyrille grandiose -, visite des grands courants - le free jazz teinté de Coltrane (« Current »), la scène chicagoanne et l’AACM (« For Patrick L. ») mais aussi le hard bop et le catalogue Blue Note (« Lake’s Jump »).

Le disque retrace les influences historiques du jazz, que ce soit le blues ou le gospel (l’ultime morceau de l’album), mais va aussi voir du côté de la musique caribéenne (« Barbara’s Rainbow »). Pourtant, l’ensemble reste cohérent et d’une belle fraîcheur. Il faut dire que Geri Allen a déjà longuement travaillé avec Lake, Workman et Cyrille séparément, d’où la facilité avec laquelle son jeu s’intègre à celui du trio. Son piano lumineux, son sens de la rupture et sa maîtrise rythmique en font une partenaire naturelle pour ces musiciens au sommet de leur art, qui savent puiser dans la tradition pour jouer une musique parfaitement contemporaine.

par Julien Gros-Burdet // Publié le 25 janvier 2010

[1Duo piano/contrebasse : « R.I. Exchange 1 », duo piano/batterie : « Timbral Interplay », duo piano/sax : « Phrases », Trio 3 seul : « Ballad Of The Silf ».