Dossier

Histoires de labels - la belle histoire

L’histoire du jazz et celle du disque est liée. Les maisons de disque sont souvent animées par des gens passionnés.


Illustration Cécile Mirande-Broucas

On peut dire label, même si la maison de disque nato a comme slogan : « les labels c’est pour les poulets ! »

Dans ce dossier, on trouvera surtout des entretiens avec les personnes qui s’occupent de labels et des présentations, sous forme de guide d’écoute, de la couleur musicale et artistique d’un label.

Il y en a qui n’existent déjà plus, d’autres qui survivent et enfin, il y a tous les labels qui n’existent pas encore mais qui finiront bien par figurer ici !

Il n’y a ni ordre, ni chronologie, ni frontière. Les maisons de disque sont présentées comme ça vient, comme ça nous chante, comme on peut…

Si ça peut donner envie d’aller découvrir, alors c’est bien.

ENTRETIENS

Thomas Coquelet

BeCoq : Comment deux frangins se transforment en label indépendant la nuit tombée

Il aura fallu peu de temps pour que BeCoq s’impose parmi les labels qui agissent parmi les musiques de marge. De MILESDAVISQUINTET ! à Hippie Diktat, les deux frères Coquelet, l’un à Lille et l’autre à Reims, sondent en profondeur la scène hexagonale à la recherche des pépites les plus étranges. On pourrait penser que les sorties se font tout azimut ; elles ont au contraire une grande cohérence. En complément de notre portrait du label, cette rencontre avec Thomas Coquelet, par ailleurs bassiste de Chaman Chômeur, est l’occasion de comprendre comment deux frangins, Thomas et Simon, se transforment en label indépendant la nuit tombée…